Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 février 2009 3 04 /02 /février /2009 09:31
La semaine à courir, sans répit: du lever au coucher, on se dépêche. Petit déjeuner, douche, changement de couche, biberon, dépôt chez la nounou, trajet, et au boulot! La journée de boulot, évidemment, c'est pas pour se reposer, on est toujours en retard. Dans mon cas, on considère comme « urgence vitale » le fait de délivrer un logiciel pour que des gens regardent la télé en HD... je vous laisse apprécier. Et le soir, après le boulot: nounou, bain, biberon, coucher de bébé, repas rapide, vaisselle, préparation du repas et du sac du lendemain. Et là il est... 22h. Un court répit, et dodo sinon on ne tiendra pas toute la semaine! Et tout ceci du lundi au vendredi inclus. Samedi, bien sûr, c'est ménage et un peu de bricolage (mais pas trop sinon le ménage prend du retard, ce qui n'est pas très sain pour un bébé...). Dimanche, enfin, repos... sauf s'il reste un peu de ménage, ou si la météo n'a pas permis de faire le bricolage urgent... Voilà la semaine type merveilleuse d'une vie « active ». Mais bon sang, pourquoi tout le monde considère cela comme normal? Pourquoi doit-on « obligatoirement » en baver ainsi? Pourquoi la vision sado-catho des choses « il faut souffrir sur Terre pour avoir droit au bonheur au Ciel » s'est-elle imposée à tous à ce point? Pourquoi est-on regardé comme un fainéant si on veut souffler, en profiter, avoir un peu de loisir, de détente? Pourquoi la réduction du temps de travail n'est-elle plus vue comme une solution possible pour vivre mieux? Et pourquoi les patrons et leurs managers larbins ne veulent-ils pas qu'on prenne des temps partiels? Et pourquoi on empêche tant de jeunes et de « seniors » de travailler alors qu'on me demande à moi de travailler toujours plus? Et qu'on ne me dise pas qu'il faut produire plus de richesses avant de réclamer sa part: on a quand même collectivement un niveau de vie très élevé, qui permet une répartition différente des richesses.
Je me sens en résistance contre ce système merdique qui nous fait travailler autant, qui nous interdit de vivre. Je veux vivre, pas survivre!

Partager cet article

Repost 0
Published by Dany - dans travail
commenter cet article

commentaires

Dany 16/02/2009 13:10

Justement, si on raisonne en "rentrée d'argent" et en "compétitivité" on ne peut pas entrer dans la décroissance sans chômage. C'est bien tout le problème. Il faut d'abord penser "de quoi a-t-on vraiment besoin?" puis "comment on le fait", avant de penser au seul point de vue monétaire... La décroissance est une conséquence de cette état d'esprit, et non pas une fin en soi!

Underground Addict 12/02/2009 19:11

" "Vivre mieux" est-ce gagner toujours plus d'argent, est-ce avoir plus de confort matériel? " Cela dépend des personnes, mais en effet, ce n'est pas non plus ma conception du bonheur. Elle l'est peut être pour d'autres.

Un meilleur partage du temps de travail peut en effet, être une solution comme je l'ai dit précédemment , par contre je pense que la décroissance ne peut pas être une solution valable. Si l'on est pas compétitif, ça sera encore pire pour notre pays! Et donc pour nous! Pourquoi? Parce que si l'on exporte plus, alors ça signifie moins de rentré d'argent, donc du chomage donc niveau de vie qui baisse. Et si l'on continue encore sur ce principe de décroissance nous n'allons pas "vivre mieux" mais nous allons connaitre la misère et la crise.

M'enfin maintenant c'est ce que je pense ^^ Peut-être as tu une autre vision de la décroissance et de ce qu'elle peut apporter de positif. Dans ce cas j'aimerai l'entendre!

Dany 12/02/2009 10:22

"Vivre mieux" est-ce gagner toujours plus d'argent, est-ce avoir plus de confort matériel, ou alors est-ce vivre plus paisiblement et sans stress, sans soucis du lendemain?
N'y a-t-il pas une voie pour concilier "confort matériel minimum" et "pas trop de temps de travail"? Parce qu'aujourd'hui, on travaille comme des fous, sans pour autant avoir l'assurance d'un avenir sans soucis!
Le partage du temps de travail est une première étape pour "vivre mieux" dans le sens d'une vie moins agitée. Ensuite je ne vois que la décroissance pour continuer à "vivre mieux". Et la compétitivité, je m'en fiche! C'est bien à cause de ça qu'on se met des oeillères, qu'on s'interdit justement de "vivre mieux"...

Underground Addict 09/02/2009 19:51

Je suis en partie d'accord avec toi, il faut mettre des barrières à cette logique productiviste mais tu ne donnes aucune solution finalement dans cet article.

Il va être très difficile de réduire le temps de travail pour "vivre mieux" comme tu le dit. Il suffit de voir nos voisins qui pour la plupart travaillent autant voir plus. Et en regardant encore un peu plus loin tu verras des personnes qui travaillent de 6h à 22h tous les jours... Pour être concurrentiel il va falloir "travailler autant" ! Sinon c'est la fin de ce niveau de vie plutôt élevé.

Cependant, une solution possible serait de mieux partager ce temps de travail entre les agents. Certains travaillent trop d'autre pas assez...

alzaz 05/02/2009 13:53

J'ai vu une émission sur la 2 hier soir. Une nana s'est payé un terrain, y a construit elle-même des huttes en argiles et vit comme ça avec ses 3 enfants qui ont chacun leur habitation de 15 m². Elle ne travaille qu'un jour par semaine pour faire manger sa famille. Elle ne cherche pas à briller dans de beaux habits et ne court pas après le faux bonheur de la technologie. Elle n'a plus de factures d'eau ni d'électricité, plus d'impôt à payer au delà de la TVA...
Bref, un choix pas facile à faire quand on est attiré par le chant des sirènes de la modernité.
Opter pour la vie dite normale se paye au plus fort prix : notre essorage mental et physique. Ce n'est qu'arrivé au terme de sa propre vie qu'on le comprend et c'est trop tard. Cela ne sert pas aux jeunes générations qui veulent y croire et faire leur expérience individuelle.
Ainsi depuis toujours.
Complètement vidé à 44 ans, on m'a jeté en invalidité avec des revenus très chiches. Enfuis bien loin les rêves de réussite socio-professionnelle. Je m'organise pour vivre avec et m'estime encore bien chanceux. Mon bagage intellectuel m'a permis de faire valoir mes droits. Ce n'est pas le cas de tous ceux qui tombent dans la merde.
Le système Sarkozy peut m'y replonger à tout moment mais je sais le type de vie que j'adopterais alors. J'ai mon terrain ; il ne me reste plus qu'à trouver l'argile...

Présentation

  • : Le blog de Dany
  • : Mes états d'âme, mes réactions par rapport à l'actualité, etc.
  • Contact

Recherche