Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 octobre 2010 1 04 /10 /octobre /2010 17:22

... par les insultes que je reçois de la part des collègues que j’ai défendu du mieux que j’ai pu. Je reçois ces insultes par l’intermédiaire du forum d’un blog : http://grassvalley.over-blog.fr/article-redigez-vos-commentaires-sur-technicolor-grass-valley-49875952-comments.html#anchorComment

 

Je les reçois en tant que syndicaliste, membre de l’organisation syndicale majoritaire, et en tant qu’élu au Comité Central d’Entreprise, au sein duquel j’ai essayé (et parfois un peu réussi) d’arracher le plus que je pouvais. Lisez les quelques messages de ce forum, cela vous permettra de comprendre la suite…

 

Evidemment je suis outré par certaines comparaisons, mais j’essaie de garder mon calme. Je refuse de sombrer dans le pugilat entre collègues, car nous sommes tous victimes de la machine patronale infernale, qui ne raisonne qu’avec des dogmes et qui nous prend pour des moins que rien.

 

Alors j’explique, calmement, mes positions personnelles, en réponse aux attaques de certains. Je précise qu’il ne s’agit pas de positions officielles de mon organisation syndicale, mais seulement les miennes…

 

Que nous reproche-t-on ?

 

De « lâcher » ceux qui veulent continuer à se battre ? Mais le problème, c’est que je ne vois pas comment faire… je ne vois pas comment faire bouger la direction d’un pouce, et surtout, avant tout, je ne vois pas les collègues faire grève massivement. Car il faudrait au moins autant de grévistes qu’avant l’été pour que ça signifie quelque chose. Or je constate depuis la rentrée que beaucoup de gens se cherchent des solutions et ne sont plus dans la lutte collective. Je ne leur en veux pas, je ne fais que constater… Une grève à 20 ou 30, ça ne servira à rien malheureusement…

 

De « négocier un accord cadre » ? Eh bien, cela, je le revendique ! Il ne s’agit pas d’un accord sur le PSE. Car évidemment nous ne sommes pas d’accord avec le PSE. Le PSE est une chose, l’accord cadre en est une autre. Ce sont deux choses différentes. Il s’agit d’un projet d’accord (pas encore signé) qui permettrait de maintenir une unité de notre entreprise TGVF, malgré la filialisation. Cela permettrait une application du PSE comme si l’entreprise ne changeait pas. Cela garantirait une égalité de traitement pour tous les salariés, assorti d’engagements de technicolor au-delà de la vente d’une ou plusieurs filiales : financement du PSE, reclassements au sein des 3 filiales, reclassements dans le groupe technicolor, maintien des accords de l’actuelle TGVF, etc… Ces engagements font mieux que la loi, et ne sont pas négligeables. J’entends bien ceux qui disent que ça ne change rien pour ceux qui sont licenciés. Ils ont en grande partie raison. Je pense aux collègues de la production, ou encore de Brest, ou certains de Conflans, pour qui les reclassements ne seront jamais là… pour eux, accord ou pas, ça ne change rien (quoique… si une filiale « se plante » avant d’avoir payé tout ce qu’il faut comme mesures d’accompagnement, et qu’il n’y a pas eu cet accord-cadre, et bien ce n’est pas sûr que les gens licenciés bénéficient de tout ce qui se trouve dans ce PSE). Mais, par exemple, pour les 26 salariés « Broadcast » de Rennes, ça change des choses immédiatement ! Sans accord, pas d’obligation de recherche de reclassements dans Head-End après la cession du Broadcast (programmée pour bientôt), et pas d’obligation de recherche de reclassements dans technicolor. Pour ceux de Head-End licenciés après la vente (pas encore programmée officiellement, mais on peut estimer que ça ira vite), pas non plus de recherche de reclassements dans technicolor. Pour les ingénieurs et techniciens, ça compte… Je sais bien que ceci écarte encore une fois les ouvriers, et je le déplore autant que vous. Mais pour autant, faut-il tout rejeter ?

Et puis je pense aussi à ceux qui resteront dans chacune des 3 filiales. Sans cet accord, il faut qu’ils renégocient tous les accords d’entreprise en 15 mois. Je sais d’expérience (négos de 2007-2008 suite à la fusion-absorption GV-TBM) que ce genre de négos se fait toujours à la baisse… et puis, qui sera volontaire pour mener ces négos face aux DRH que vous savez ?

 

De ne pas mettre en balance l’accord-cadre avec le contenu du PSE, notamment le montant des indemnités ? Là, c’est un gros problème. Problème parce que pour augmenter le montant des indemnités, il faut un rapport de force. La menace de non signature ne pèse rien, parce que la direction sait très bien que la grève a peu de chances de repartir. Alors on s’acheminerait vers « pas d’accord », sans pour autant avoir de meilleures indemnités. Pour certains ça ne change rien, comme je l’ai dit plus haut. Pour les 26 « Broadcast » de Rennes, ça change des choses importantes… Cette mise en balance est un problème, parce qu’on met en balance les chances de reclassement de quelques-uns contre les hypothétiques primes des autres. On est en train d’opposer des salariés à d’autres salariés. Et moi je ne sais pas résoudre ça… Alors je ne mets pas en balance.

 

De  ne pas s’opposer aux postes proposés par le sous-traitant qui va produire à la place de l’usine qu’on ferme ? Sur ce point, évidemment, ça me fait mal au ventre, à moi aussi, de voir cela. Surtout à moi, d’ailleurs, qui ait passé tant d’heures à travailler sur le volet économique de cette restructuration, et qui ait concouru à démontrer en CCE le 8 juillet, que cette usine est viable, qu’elle peut redevenir rentable en 2012, et que ça coûte moins cher de la garder plutôt que de la fermer. Oui, j’ai mal de voir ces offres d’emploi au rabais, avec salaire plus faible, à 70km d’ici. Mais, il y a un mais. Plusieurs même. Le 1er, c’est qu’au point où nous en sommes, je n’ai plus de prise légale pour empêcher le transfert de production. Le 2è, c’est qu’on a œuvré au CCE pour que ces offres ne soient pas considérées comme des Offres Valables d’Emploi (OVE) car elles ont à + de 50km du domicile de la plupart des gens. Rappel : au départ la direction disait 75km, ce qui plaçait ce sous-traitant dans le périmètre des OVE… Tout cela signifie que personne n’est obligé d’accepter. Le 3è « mais », c’est que si quelqu’un n’habite pas trop loin, et préfère cela plutôt que rien, je ne vois pas pourquoi je m’y opposerais ! Je ne m’autorise pas à décider pour les autres. Chacun fait comme il le sent.

 

De ne pas s’associer aux réunions de certains avec des élus politiques de gauche, qui sont en train de se monter en ce moment ? Alors là, je pense que mes co-élus et moi n’avons pas de leçons à recevoir. Depuis le printemps 2009, nous avons rencontré tout ce qui se trouve comme élus municipaux, départementaux, régionaux, ainsi qu’à la préfecture et au ministère de l’industrie. Et nous avons particulièrement été suivis, côté rennais, par Rennes Métropole et par la Région (les deux échelons qui ont des attributions économiques directes). Nous les voyions très régulièrement, et nous les alertions dès que possible. Nous les avons vus presque tous les deux mois depuis 18 mois. Nos copains « centraux » ont aussi rencontré  le cabinet du ministère de l’industrie, 2 ou 3 fois. Nous avons tout tenté de ce côté jusqu’en juin 2010, jusqu’à ce que tous ces échelons nous disent à peu de choses près « on a beau intercéder auprès de la direction de technicolor, de toute façon rien n’y fait, vous n’avez plus qu’à négocier le PSE »… Evidemment, ça on ne vous l’a pas dit en direct, pour ne pas nous démobiliser collectivement en plein début de grève. Mais voilà, il faut bien dire les choses telles qu’elles sont. Rien n’y a fait côté politique. Mon analyse personnelle est que de nombreux courants politiques se sont désarmés eux-mêmes face aux pouvoirs financiers, lorsqu’ils étaient au pouvoir, et maintenant ils ne peuvent qu’avouer leur impuissance… Alors aujourd’hui, après la bataille, retourner faire des réunions avec des élus locaux ? Excusez-moi, mais je sais d’avance que ça n’apportera rien. C’est malheureusement trop tard, à mon avis. A moins que ce soit moi qui ait été mauvais du début 2009 à juin 2010, et que certains pensent y arriver mieux. Dans ce cas allez-y, je n’empêche personne de le faire, et ne me reprochez pas de ne pas y aller.


Tout ça pour dire, mes chers collègues : ne vous trompez pas d’ennemis ! Peut-être que mes co-élus et moi on ne fait pas tout comme vous vous auriez fait, mais n’allez pas jusqu’à nous prendre pour les pires des traitres ! Nous agissons, avec notre conscience, et à chaque instant, pour ce que nous pensons être l’intérêt général. Si vous estimez pouvoir faire mieux que nous, et bien moi je laisse la place ! Je ne souhaite à personne de vivre l’enfer des négos sur fonds de licenciements, des nuits blanches, des transports, des hôtels surfaits, des crises de nerfs, tout cela sans avoir le temps de penser à soi et à sa famille. Le sens du sacrifice a ses limites. Une des limites, c’est ma propre santé. Une autre, c’est ma famille.

 

Ne nous demandez pas la lune.

Partager cet article

Repost 0
Published by Dany - dans travail
commenter cet article

commentaires

Bb 06/10/2010 17:13


Merci Dany et merci à tous les élus.


Un futur licencié 05/10/2010 19:07


La lune? C'est un peu trop gros...Juste un soutien me suffira. Je n'ai pas vu la présence d'un seul élu dans les ateliers depuis cet été...


Dany 06/10/2010 10:45



Là, je crois que tu es de mauvaise foi. Il y a des élus CCE et CE dans presque tous les secteurs de l'entreprise, y compris dans les ateliers. Nous avons veillé à celà lors de la constitution des
listes de candidats CE en février 2010. De plus, même si les élus ne font pas le tour tous les jours, ils sont tous faciles à trouver et disponibles.



Présentation

  • : Le blog de Dany
  • : Mes états d'âme, mes réactions par rapport à l'actualité, etc.
  • Contact

Recherche