Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 novembre 2010 5 26 /11 /novembre /2010 14:26

Hier soir je suis allé à une soirée "décroissance et gratuité" à la fac de Rennes, avec une projection de film puis une conférence de Paul Ariès. C'était super intéressant. Je pensais bien vous faire un résumé et des commentaires/réflexions personnels, mais aujourd'hui je ne peux pas.

Je ne peux pas parce qu'aujourd'hui, vendredi 26 novembre, 100 lettres de licenciements partent. Dont 54 dans mon établissement rennais, 8 à Brest, et 38 à Conflans. Ces 100 personnes vont recevoir la lettre demain, à la maison. Ce sera l'horreur... beaucoup s'y attendent, mais ça ne change rien.

Tout se mélange dans ma tête... les souvenirs de ces 8 mois de lutte; de la grève de 5 semaines; des négociations horribles; de la fatigue nerveuse; des efforts de chaque instant pour obtenir des reclassements jusqu'au dernier jour, hier; de collègues qui se trompent de cible, encore aujourd'hui; de mes enfants qui me demandent encore parfois "demain tu seras dans le train papa?"

Et puis les engagements non tenus de cette XXXXX de direction: seulement 17 reclassements au sein de l'autre filiale rennaise de technicolor, au lieu des 30 promis. Seulement 4 embauchés à Cofidur le nouveau sous-traitant, au lieu des 50 postes promis.

Et puis des chiffres troublants: exactement un tiers de licenciements sur les 300 suppressions de poste. Exactement la même répartition sur chaque site, un tiers à chaque fois. C'est la proportion qu'on nous avait indiquée comme un minimum de reclassements à atteindre à un moment de cette négociation pourrie: un tiers de départs volontaires, un tiers de reclassements, un tiers de licenciés. C'est à se demander si le minimum n'est pas aussi un maximum, si les efforts de reclassements ne se seraient pas arrêtés dès qu'on était arrivé à ce tiers... y aurait-il un nombre minimal de licenciements à opérer pour que le patronat nous montre bien que nous sommes tous vulnérables? Pour que jamais plus on ne se dise qu'une entreprise peut reclasser tout le monde? Non non, je dois me faire des idées... c'est sans doute parce que ma tête est embrumée que je pense à une conspiration patronale contre les salariés... hum... hum...

Et puis encore, toutes les crasses, toutes les embuches, tous les bâtons dans les roues qu'on eus des collègues qui posaient des questions à la "direction des ressources humaines"; tous les revirements "ok pour ton départ" "ah bin non c'est plus possible", "vous êtes visés par un licenciement" "vous ne l'êtes plus" "ah si finalement vous l'êtes" ... c'est l'horreur. Certains collègues ont eu des moments terribles à surmonter. Je ne m'épanchais pas là dessus jusqu'à présent, mais aujourd'hui je ne peux plus retenir tout cela. C'est déjà infernal à vivre, mais quand en plus des responsables sont très mauvais dans leur façon de faire, c'est carrément inhumain. On peut y ajouter les reclassements faits "à la tête du client" sans recevoir tous ceux qui avaient candidaté aux postes publiés, en écartant certains dont les compétences semblaient proches et en prenant ceux qui n'avaient rien à voir mais qu'il fallait "sauver". Certains collègues en sont à un point de dégoût qu'ils ne veulent même plus rester. Ils préfèrent se laisser licencier plutôt que d’être reclassés avec un management qu'ils trouvent inhumain.

Et puis, toujours et encore, ce soir du 8 juillet où on a démontré que l'usine était viable. Que même dans leur logique capitaliste, productiviste, financière, c'était moins cher de garder l'usine que de la fermer... je ne m'en remettrai jamais...

Et puis les 13 reclassements non opérés à technicolor R&D à Rennes alors qu'on pouvait le faire... je ne m'en remettrai jamais non plus...

Maintenant il faut que je vive avec tout ça dans la tête, dans les tripes. Avec ces blessures qui ne se refermeront jamais. Et encore 9 mois à tenir face à certains managers que je me suis mis à haïr...

Partager cet article

Repost 0
Published by Dany - dans travail
commenter cet article

commentaires

youn 03/12/2010 23:20


Courage Dany, tu as bien trop de chose dans ta tête, évacue mon vieux. Moi aussi je fais parti des combattants, moi aussi mon poste semblait évident chez Technicolor, et puis non, c'est à quelqu'un
d'autre qu'il fallait sauver! Tout cela c'est du flanc...
A la différence de bien d'autres si je te croises un jour "dans le civil", saches que je m’arrêterai pour te dire bonjour, ce ne sera pas le cas pour tout le monde. Courage!


Présentation

  • : Le blog de Dany
  • : Mes états d'âme, mes réactions par rapport à l'actualité, etc.
  • Contact

Recherche