Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 juin 2013 6 22 /06 /juin /2013 15:46

Comme souvent, nos responsables manquent de courage et de cohérence. Les journalistes, les observateurs, et nous tous n’avons pas le même avis sur le type de courage qu’il faudrait… le courage d’augmenter nos salaires ? ou le courage de baisser le coût du travail ? Le courage de ponctionner de l’argent aux plus riches ? ou le courage de démonter notre sécurité sociale (santé, retraites, etc.) ? le courage de prendre des mesures antiéconomiques pour sauvegarder notre environnement ? ou le courage de sacrifier la planète pour avoir plus de croissance économique ?

On parle de sujets essentiels, qui ne peuvent pas être abordés facilement, sans débat. Chaque mesure a un impact à long terme, dans un sens ou dans un autre. Mais pour le moment, depuis plus d’un an de présidence Hollande, j’ai l’impression qu’on ne sait pas quels sont les choix qui sont faits. Ou plutôt, pour être précis, j’ai l’impression qu’aucun choix clair n’est fait ! On veut tout et son contraire, et comme les mesures prises ne sont pas franches ni nettes, au final on n’a rien. C’est pour cela que je dis qu’on manque surtout de cohérence.

L’économie reste atone, et l’environnement est toujours aussi menacé. Par exemple, on n’exploite pas les gaz de schiste (donc on n’a pas d’énergie à bas prix), mais on autorise les expérimentations (donc on risque de sacrifier nos nappes phréatiques). Autre exemple : on maintient le projet d’aéroport à Notre Dame des Landes – au nom du développement économique -, mais on ne développe pas le réseau de TGV qui va avec. Donc ce développement économique sera limité, et l’environnement sera de toute façon sacrifié localement. De plus, on lance un signal qui dit « prenez l’avion plus souvent, c’est bon pour le pays, on vous soutient », et en même temps on dit qu’il faut bruler moins de ressources pétrolières, et on va taxer les transports routiers (éco taxes, rééquilibrages diesel essence, etc.) qui sont bons pour l’économie. Faudrait savoir. Encore un autre exemple : toutes les grandes villes nous incitent à ne plus prendre la voiture : on favorise le transport en commun, on limite les places de parking, on rend la voiture chère en centre-ville. Entre ceci et la « crise » économique, les gens roulent moins en voiture, donc des usines automobiles et leur sous-traitants ferment (dont notamment des usines de pneumatiques). Et là les mêmes responsables politiques s’offusquent de la désindustrialisation. Mais enfin, il faudrait savoir ce que l’on veut, et assumer les choses jusqu’au bout ! Un dernier exemple, très présent en Bretagne : on veut rétablir la qualité de l’eau, et le ministère de l’environnement demande aux agriculteurs des efforts environnementaux pour réduire les conséquences des élevages sur les sols et l’eau. Par ailleurs le ministère de la santé dit « mangez moins de viande ». Du coup on se dit qu’il faudrait moins d’élevages, ou des élevages moins productifs. Mais en même temps, le ministère de l’agriculture veut augmenter toujours plus les productions de viande. Et son allié le ministère du redressement productif veut plein d’usines agroalimentaires toujours plus exportatrices. Mais bon sang, on ne peut pas avoir tout et son contraire !

Il faut faire des choix, et assumer les conséquences : certaines mesures sont nécessaires –indispensables- pour notre environnement et donc pour nous et nos enfants, mais détruisent certains emplois, parfois en grand nombre. Il faudrait avoir le courage de le dire, et soutenir les gens concernés pour se reconvertir. Ce serait difficile, mais faisable. Et ce serait courageux, pour une fois… Ou alors, on fait un autre choix : tant pis pour l’environnement, et donc tant pis pour nos enfants. On favorise à fond la croissance économique à court terme, et on accélère la course vers le mur. « Jusqu’ici tout va bien… »

Le gouvernement précédent était de droite, et assumait le sacrifice de l’environnement et des salariés au nom de la croissance économique (ça a raté, d'ailleurs... pas de croissance...). Notre gouvernement actuel a une politique fondamentalement centriste, qui ne se positionne pas clairement pour une tendance ou pour une autre. Il est à la fois de gauche pour certaines choses et de droite pour certaines autres. Ou alors, selon la façon de voir, il n’est ni de gauche ni de droite. Et nous, on attend que ça se passe ou on secoue un peu le cocotier pour que le gouvernement passe à gauche?

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Dany - dans politique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Dany
  • : Mes états d'âme, mes réactions par rapport à l'actualité, etc.
  • Contact

Recherche