Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 novembre 2010 3 17 /11 /novembre /2010 16:58

Il y a des moments, on se demande si certains ne prendraient pas du plaisir à faire souffrir les gens jusqu'au dernier jour... Evidemment je dois me faire des idées... mais oui bien sûr... évidemment je me trompe....

 

Je m'explique.

 

Le 12 juillet 2010, lors d'un CCE sur cette foutue restructuration, le DRH "monde" du groupe technicolor a promis que 30 postes seraient ouverts dans une filiale rennaise de technicolor pour reclasser des salariés de TGVF. Cette promesse est arrivée vers la fin d'une journée assez intense, après moult négociations... il a aussi promis de publier 13 postes actuellement tenus par des prestataires, pour reclasser des salariés. Ces 30 + 13 postes étant des profils d'ingénieurs, ça ne touche qu'une catégorie. C'est dommage, mais bon c'est déjà ça... Et à ce moment là, je me suis dit qu'on avait trouvé toutes les solutions pour les ingénieurs de Rennes, car il y avait 45 ingénieurs "visés". (et comme il y avait déjà des gens partis à l'extérieur, le compte y était). Dans le détail évidemment, ça n'est pas si simple, car il faut que les 43 postes correspondent à 43 profils. Alors il y a eu un immense "jeu de taquin". Le mot est un peu impropre, car ça n'a rien d'un jeu. Mais vous voyez ce que je veux dire: certains qui n'étaient pas visés par un éventuel licenciement partent sur ces postes ouverts, et ceux qui sont visés les remplacent à leurs postes. Je me suis rapidement rendu compte que le "vivier" des 13 prestataires n'aurait même pas besoin d'être impacté, au vu du nombre d'ingénieurs volontaires pour partir à l'extérieur. ça m'a fait plaisir, car je sais ce que c'est d'être prestataire (6 ans de ma vie...), et je sais les conséquences que ça peut avoir dans leur entreprise d'origine... en plus, je connais personnellement la plupart d'entre eux...

Bref. Début novembre, il restait 8 ingénieurs à reclasser. Je passe sur les méthodes du management qui ont opéré la plupart des reclassements dans l'opacité, sans recevoir certains candidats, sans même répondre à leur candidature, etc... Et sur les 30 postes promis, il restait précisément 11 postes ouverts dans la filiale rennaise de technicolor, pour lesquels le processus de recrutement était toujours en cours, afin de poursuivre le "jeu de taquin".

Sauf que... le 9 novembre, les 8 ingénieurs ont reçu un courrier disant qu'ils étaient visés par les critères de licenciement, que la recherche de reclassements se poursuivait, mais qu'ils risquaient de recevoir une notification officielle de licenciement le 26 novembre. A cette même date du 9 novembre, plusieurs ingénieurs volontaires au départ vers l'extérieur ont reçu un refus officiel, au motifs (pas officiels) que le nombre de départs est trop important par rapport au nombre de suppressions de postes, ou qu'on n'a pas trouvé de remplaçant pour leur poste. Et toujours à cette même date, le processus de recrutement sur les 11 postes a été stoppé, et tous les candidats se sont vus notifiés que le recrutement était terminé.

Aujourd'hui, nous sommes donc dans une situation dingue: il y a 8 ingénieurs visés nommément, licenciables le 26 novembre, et il y a 11 postes non pourvus dont le processus de recrutement est stoppé, + quelques refus de départs volontaires. Et il y a plus de candidats qu'il n'en faut pour faire le jeu de taquin qui va bien! Mais bon sang, c'est dingue!

Alors en ce début d'après-midi, les salariés de la R&D de TGVF Rennes, sont allés en groupe dire au DRH que ce n'était pas possible de laisser cela comme ça. Il a fait des réponses vaseuses, du genre "le processus de reclassement ne s'arrête pas, on fait tous les efforts, ..." un blabla sans aucun engagement, ni réponse valable. Devant ce genre de réponses je me suis énervé, et il a fallu que je me calme dehors... (heureusement il fait froid, ça fait du bien!).

Il suffisait de continuer le processus quelques jours et tous les ingénieurs avaient une solution. Je ne sais pas quels managers ont stoppé cela, ni précisément pour quelles raisons (même si j'ai mes idées que je ne peux exprimer publiquement, puisque je n'ai pas de preuves à exhiber devant un tribunal, et que je veux éviter les accusations de diffamation).

Je garde espoir que les mobilisations des collègues vont forcer le management et les DRH à mettre en oeuvre les solutions qui sont sous nos yeux. Peut-être y a-t-il des choses en cours qui vont permettre les 8 reclassements. Mais dans ce cas, pourquoi ont-ils donné ces foutues lettres de désignation préalable au licenciement?

Comment voulez-vous que je ne m'imagine pas que certains prennent du plaisir à faire souffrir les gens...

Partager cet article

Repost 0
Published by Dany - dans travail
commenter cet article

commentaires

une épouse d'un salarié 18/11/2010 18:29


Il y a encore une production à Rennes? Allez hop, affaire classée. La prod c'est pour les pays bas coût, pas pour les français. Qu'est-ce qu'on peut y faire, hein? Ben rien... Surtout laissons
faire les choses, le malheur finira bien par s'estomper, quand il ne restera plus personne dans les ateliers. La société est faite ainsi, non?


Dany 19/11/2010 10:34



bonjour,


ce n'est pas parce que je fais un article qui parle des reclassements de R&D que j'oublie pour autant la production. Je ne parle pas de tous les cas à chaque article, mais je n'oublie
personne. Voir mon prochain article pour aujourd'hui en principe...



Présentation

  • : Le blog de Dany
  • : Mes états d'âme, mes réactions par rapport à l'actualité, etc.
  • Contact

Recherche