Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 mai 2014 4 08 /05 /mai /2014 19:10

Aujourd’hui, c’est le 8 mai. On fête la victoire du 8 mai 1945 sur le nazisme. Mais de quoi se souvient-on exactement ? De la résistance et des alliés, de l’horreur des camps, ça oui, mais c’est tout ? Moi, ça me fait penser à 3 aspects :

 

1-      La résistance.

 

Bien sûr, la résistance aux dictatures nazies ou fascistes. Mais au-delà, la résistance à toute loi, règle, décret, etc. qui serait contraire aux droits fondamentaux. C’est bien cela, pour moi, l’esprit de la Résistance avec un grand R. Le refus de tout ce qui est contraire aux grands principes des droits de l’Homme, et à la devise de notre République : Liberté, Égalité, Fraternité. Donc, je trouve légitime de s’opposer aux lois qui rendent délictueuse l’assistance à des migrants, de s’opposer aux expulsions de sans-papiers, à la construction d’un aéroport contre toute logique et contre l’avis des populations concernées, au licenciement de salariés qui n'ont pas démérité, etc etc etc… Je pourrais trouver des dizaines d’exemples, de lois, de décrets, de décisions contraires aux valeurs essentielles de l’Humanité… aujourd’hui nous avons toujours besoin de Résistants. Ceux que je vois agir courageusement, en France ou ailleurs, ont toute mon admiration et mon soutien.

 

2-      Le discernement.

 

L’horreur à laquelle on pense tous, c’est bien sûr l’horreur des camps de concentration et d’extermination. Et tout le monde (à part quelques cinglés) est d’accord pour dire qu’évidemment on ne doit pas cibler un juif parce qu’il est juif, un homosexuel parce qu’il est homosexuel, un communiste parce qu’il est communiste, un tsigane parce qu’il est tsigane, etc. Je reprends ici des populations ciblées par les nazis. Tiens, reprenons ce dernier cas… les tsiganes… cela me fait penser aux roms (pas identiques aux tsiganes, mais ça m’y fait penser quand même). N’avons-nous pas vu, très récemment, en France, un ministre cibler les roms parce qu’ils sont roms ? Si. Cela a ému un peu, mais pas tant que cela… Il n’a même pas été limogé. Et pour cause, puisque le président de la République de l’époque, raisonnait lui-même de cette façon, par recherche permanente de bouc-émissaire. Et depuis, tous les ministres de l’Intérieur successifs continuent la « chasse aux roms ». C’est révoltant, mais cela continue bien dans les faits. D’ailleurs, cela continue parce qu’une grande majorité des Français n’aiment pas les « gens du voyage ». Groupe qui va au-delà des roms, mais passons. Et pourquoi donc ? Parce qu’ils ne vivent pas comme nous ? Et alors ? Si vous trouvez que certains volent, alors plaignez-vous des voleurs. Si vous trouvez que certains sont peu respectueux des containers à poubelle, alors plaignez-vous des détritus laissés n’importe où. N’assimilez pas tous les gens du voyage à quelques-uns qui manquent de civisme. Ne reproduisez pas le schéma fascisant, qui cherche un bouc-émissaire à chaque problème. Non, tous les roms ni tous les gens du voyage ne sont des voleurs. Non, tous les juifs ne sont pas des spolieurs d’argent. Non, tous les chômeurs ne sont pas des profiteurs. Non, tous les jeunes ne sont pas délinquants (et vice-versa). Non, tous les homosexuels désirant se marier ne cherchent pas à anéantir la civilisation judéo-chrétienne. Non, tous les palestiniens ne sont pas des terroristes… (au passage, je suis toujours étonné de voir des gens se réclamant d’une sorte de réparation suite à la Shoah, qui reproduisent des raisonnements du même ordre). Réfléchissons un peu avant de déblatérer des raisonnements à l’emporte-pièce. Ayons un peu de discernement pour ne pas reproduire les erreurs monstrueuses du passé…

 

3-      Pour éviter que cela ne se reproduise, aller aux sources du problème, radicalement.

 

Vous allez me dire, aucune chance que les horreurs de cette guerre ne se reproduisent ! Ah bon ? Vous ne trouvez pas que certains extrêmes nauséabonds font de gros scores électoraux ? Vous ne trouvez pas que l’abstention est énorme aux élections ? C’est à peu près ce qui se passait dans les années 30, juste après une grave crise économique. Tiens, nous aussi on subit une crise économique… Tiens, nous aussi, comme dans les années 30, on voit les inégalités monter. Et certaines fortunes s’enrichir de plus en plus. Et les élites ne pas réussir à proposer quelque chose de viable. Je trouve qu’il y a beaucoup de ressemblances, même si mes connaissances historiques sont limitées… Et surtout, j’ai relu le programme du Conseil National de la Résistance, qui l’a rédigé clandestinement pendant la seconde guerre mondiale. Il y est écrit en préambule que le programme est fait pour ne pas retomber dans les problèmes qui ont mené à cette horreur.

Notamment, y sont inscrits les grands principes de la sécurité sociale, et l’objectif que chacun ne soit plus jamais dans la misère. Or, que fait-on quand on rogne les prestations année après année ? Ou quand on coupe les financements ? Ou quand on confond « charges » et « cotisations » ? La casse de la sécurité sociale à laquelle on assiste depuis les années 90 n’augure rien de bon… Que fait-on quand on se satisfait de voir les restos du cœur toujours nécessaires au bout de 30 ans ? Que fait-on quand on reste sourd à la montée des inégalités et de la misère toujours grandissante ?

Y est inscrit, également, le fait que les puissances d’argent doivent être contenues, limitées, et qu’elles ne doivent pas avoir le pouvoir politique, ni l’influencer. Je crois que sur ce plan les choses sont malheureusement très claires… Qui influence le plus les gouvernants depuis les années 80 ? Et même, peut-on gagner des élections sans plusieurs millions d’euros… qui viennent d’où ? Que fait-on quand on laisse 67 personnes posséder autant que 3,5 milliards d’autres, soit la moitié de l’humanité ? Que fait-on quand on admet des rémunérations folles, parfois pour simplement jouer au ballon ? Que fait-on quand on hurle à la spoliation dès qu’on émet l’idée d’un impôt sur ce qui dépasse une certaine somme (même énorme) ?

Y est inscrit aussi le fait que la démocratie doit être vivante, avec un peuple écouté et respecté. Que fait-on quand on mène des projets (aéroport NDDL, traité constitutionnel européen, …) contre l’avis des populations ? Que fait-on quand on organise le moins souvent possible des référendums ? Que fait-on quand on maintient en place un Parlement qui ne représente que 30 à 40% des électeurs ? Que fait-on quand on se satisfait d’un Président de la République qui a quasiment tout pouvoir, alors qu’il a été choisi par moins de 20% des électeurs (vote du premier tour, et abstention intégrée, puisqu’elle a un sens) ? Que fait-on quand on dénigre la démocratie directe de la Grèce antique, alors qu’on pourrait la remettre au goût du jour, et ramener à la vie citoyenne ceux qui s’en détournent aujourd’hui ? Pour le respect de la démocratie, est inscrite aussi dans le programme du CNR  l’importance d’une presse libre, pluraliste, et indépendante des puissances financières. Que fait-on quand on laisse les journaux et médias se « regrouper » et se « recapitaliser » grâce à de « généreux financeurs » qui possèdent des groupes d’armement ou des conglomérats immenses ?

Je pourrais dérouler tout le programme du CNR, et vous faire remarquer que chaque point est menacé. Et la menace sur chacun de ces points, c’est une menace sur l’ensemble cohérent que constitue ce programme, et donc la menace de voir revenir le spectre de la fin des années 30.

 

Dans moins de 3 semaines, nous sommes conviés aux urnes pour les élections européennes. Aujourd’hui, 8 mai, je songe à ce qu’on me dit depuis tout petit : « l’Union Européenne nous protège de la guerre. Grâce à elle on ne peut plus se faire la guerre en son sein. ». Eh bien moi, je n’en suis pas si sûr. Si l’Europe (ses dirigeants comme son peuple) oublie les causes de la seconde guerre mondiale, une autre catastrophe peut arriver. Je pense qu’elle pourrait arriver lors d’une concordance malheureuse entre manque de démocratie, manque de perspective d’avenir, et montée de la misère… Alors le 25 mai, je vais essayer de choisir une liste qui proposera des idées pour contenir les puissances d’argent (leur résister…), pour retrouver une démocratie vivante, pour devenir plus solidaire et moins égoïste, avec du discernement, et en allant aux sources des problèmes, radicalement... En ce 8 mai, c’est comme ça que j’espère éviter de connaitre ce que mes grands-parents ont connu.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Dany - dans politique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Dany
  • : Mes états d'âme, mes réactions par rapport à l'actualité, etc.
  • Contact

Recherche