Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 janvier 2013 2 01 /01 /janvier /2013 21:14

Comme d'habitude, mes voeux ne sont pas très courts ni très concis... j'ai envie de commencer par un bilan perso de 2012, qui a été riche en évènements professionnels.

D'abord, il y a eu une formation qui s'est achevée avec succès. Je suis plutôt content d'avoir réussi à reprendre une année d'études, et d'avoir pu bosser avec un gros rythme, tout en ayant ma petite famille et un peu moins de "capacité de récupération" qu'à 22 ans. Je dois beaucoup à ma petite femme, que j'embrasse, qui m'a bien aidé pendant cette période.

Il y a eu aussi un stage intéressant et très motivant, qui m'a permis de valider mes motivations et mes capacités, et qui m'a donné de très bons contacts pour la suite.

Il y a eu, surtout, la création de ma petite entreprise Coxinergie, et son démarrage plutôt correct à partir de septembre. Ce n'est pas encore le franc succès, ce qui est normal, mais pour l'instant ça ne va pas trop mal et je n'ai pas à me plaindre. J'ai surtout eu un gros client (celui où j'ai fait mon stage!), et quelques audits pour des particuliers, ainsi qu'une conférence pour des étudiants. Pour ce démarrage, je dois aussi beaucoup à ma femme, que j'embrasse encore! ;-O

Côté personnel, les enfants poussent bien, et nous procurent beaucoup de bonheur. Quelques colères aussi! Les périodes scolaires les fatiguent, et les fin de journées ne sont pas souvent simples... mais en cette fin d'année, leur comportement s'est bien amélioré et ça fait plaisir. Ma petite femme est dans l'incertitude sur son avenir, en grande partie à cause du cloisonnement entre les différents dispositifs de formation et entre les strates adminstratives. On a souvent l'impression de la devise est "démerde-toi, et on verra si peut-être on t'aidera, à condition que tu entres pile-poil dans les bonnes cases". Bref... entre la lenteur pour obtenir son indemnisation Pole emploi (on a l'impression qu'elle est la première à avoir eu des périodes de congé parental discontinues), et les affres des dispositifs de formation professionnelle, je crois qu'au lieu de faire un pataques sur la flexi-sécurité de l'emploi, on ferait mieux de sim-pli-fier les dispositifs et faire un guichet unique avec du personnel formé.

Et enfin, côté maison, les travaux du salon ont avancé, mais largement pas assez vite! Pas évident de tout mener de front...

 

Donc, pour 2013...

- je pense d'abord à ma petite femme que j'aime, et je lui souhaite d'avoir une éclaircie pour son avenir, qu'elle ait une belle formation et que ça lui plaise. Je serai là pour t'aider, comme tu m'as aidé l'an dernier! ;-O Je t'aime.

- je pense ensuite à mes enfants, et je souhaite que la refondation de l'école soit un succès, dont notamment le volet des temps scolaires (journée plus courtes, et une demi-journée supplémentaire le mercredi). Si ça peut les rendre moins fatigués et plus réceptifs, j'en serai ravi. Je ne pense pas que cela soit mis en place dès cette année dans ma commune, mais j'espère que ça avancera bien pour qu'en 2014 cela se passe bien et soit un succès. C'est important pour eux, et pour toute leur génération, de ne pas rater leur scolarité et leur jeunesse... Beaucoup de gens râlent, parce que cela changera leurs habitudes. Moi je pense qu'avant de penser à nos petites habitudes personnelles, il faut penser à nos enfants. Leur fatigue, leur manque d'attention, l'ampleur de l'échec scolaire, le gâchis incroyable des sans diplôme, et l'inculture énorme qu'on peut constater chez quelques spécimens dans certaines émissions de télé-réalité... moi je préfère adapter mes habitudes pour pouvoir offrir de meilleures conditions aux enfants.

- (beaucoup plus terre à terre!) je souhaite pouvoir enfin finir le salon, parce que y'en a marre de cette maison pas belle de l'intérieur!!!!

- je souhaite que ma petite boite puisse se lancer proprement, avec comme objectif de pouvoir me verser un salaire début 2014. En fait y'a pas vraiment le choix, puisque Pole emploi s'arrête pour moi fin 2013! Je croise les doigts pour l'appel d'offres sur lequel je bosse en ce moment le soir, le dimanche aprem, etc... hum!

Et maintenant, assez parlé de moi et de ma petite famille.

 

Ce que je souhaite, pour 2013, c'est aussi:

- que l'on se rende compte que l'on ne peut pas toujours concilier la croissance économique et le respect de l'environnement (notamment au niveau énergétique, dégagement de CO2, impact climatique, etc.). Parfois (souvent?) il faut choisir entre les deux.

- que donc il faut abandonner les projets pharaoniques de type aéroport NDDL: en effet, comment peut-on souhaiter réduire les émissions de GES (pour limiter le réchauffement climatique), et en même temps prôner une augmentation du trafic aérien pour relancer la croissance économique et l'attractivité d'un territoire? C'est ce que je disais laconiquement juste au-dessus: croissance économique et respect de l'environnement sont souvent inconciliables.

- que donc il faut arrêter de courrir après la croissance pour résoudre tous nos problèmes, et il faut notamment chercher d'autres solutions pour résoudre la gangrène du chômage.

- que donc on pourrait peut-être regarder ce que pensent les décroissants, sans les prendre pour des farfelus éclairés à la bougie, ce qu'ils ne sont pas du tout. Juste les écouter et réfléchir... D'ailleurs, même si on n'est pas décroissant, on peut tout de même s'apercevoir que de toute façon la croissance n'est pas là. Et donc, on pourrait chercher comment faire pour avoir un peu de prospérité sans croissance. Et c'est justement ce à quoi ont réfléchi les décroissants. Alors, est-ce qu'on les écoute un peu? Chiche?

- que notre gouvernement cesse un peu de se placer au centre du centre du milieu de l'échiquier politique, parce qu'il va perdre tous ses soutiens à gauche, dont notamment tous les citoyens de base -le peuple- qui y croyaient un peu...Vu comme c'est parti, en 2017, c'est la droite qui va gagner, et ça sera encore pire que pire...

- que l'on comprenne que l'enjeu n'est pas le taux de l'impôt, mais le montant de ce qui reste pour vivre. Donc même si on prend 75% à quelques uns, s'il leur reste toujours plus d'un million d'euros pour vivre une année, je crois que ira pour eux... j'dis ça, j'dis rien!

- et plein d'autres choses encore, mais ce serait un peu long pour un début d'année...

 

Je vous souhaite donc une très belle année 2013, sobre et heureuse, prospère sans richesse, décroissante sans être marginale, en tout cas avec d'autres idées que la seule recherche de croissance économique et financière...

Repost 0
Published by Dany
commenter cet article
19 août 2012 7 19 /08 /août /2012 16:55

Ce midi à la radio, j'ai entendu "someone like you" d'Adele. ça m'a rappelé l'EME à Bruz, que j'ai fréquenté de septembre à mars cette année. Au piano de la salle de pause, on entendait le thème de cette chanson tous les jours, à toutes les pauses. Et donc, ça m'a rappelé les cours intéressants, les collègues de promo sympas et marrants, les pauses, etc... un peu de nostalgie... du coup, je me demande ce que deviennent mes "petits camarades", s'ils trouvent du taf, où ils sont, ... donnez des nouvelles les zamis!

Quant à moi, je me lance dans l'aventure de l'entreprenariat, seul et sans filet... un petite anxiété, et en même temps de la confiance dans le fait que les gens vont s'emparer du sujet énergétique... énergiquement!

Cette semaine, j'ai reçu le "Kbis" de l'entreprise et j'ai fait ma demande de subvention à mon ancien employeur (prime octroyée dans le cadre du PSE pour les créateurs d'entreprise). Et j'ai vu que ça pinaillait sur les délais précis, au jour près, qu'il fallait écrire et réécrire tout, ... ça m'a rappelé l'ambiance d'avant mon départ, et les débats du CE avec certains DRH pinailleurs de mauvaise foi... quel soulagement de ne plus être là-bas! Je suis toujours convaincu que j'ai bien fait de partir. Du coup, je pense à tous mes anciens collègues, et je me demande comment ils vont... donnez des nouvelles les zamis!

 

Et alors, en ce milieu d'après-midi surchauffé, je pense au fait que désormais, je travaillerai seul à mon bureau (en dehors des visites en clientèle). Plus rien à voir avec ma vie d'informaticien, en open space, ni avec ma vie d'étudiant, en salle de cours. Tout change!

Repost 0
Published by Dany
commenter cet article
8 août 2012 3 08 /08 /août /2012 14:08

Ouest-France de ce matin:

 

scan-annonce.JPG

 

A suivre! :-)

Repost 0
Published by Dany - dans travail
commenter cet article
7 mai 2012 1 07 /05 /mai /2012 14:47

Quel soulagement de ne plus entendre "le président Sarkozy" à la radio... finies les régressions sociales, les massacres des services publics, les amalgames nauséabonds. J'espère que "le président Hollande" pourra mettre en place les mesures de justice sociale qu'il a annoncées, et j'espère que les Verts et le Front du Gauche pourront l'influencer sur les volets écologiques et sociaux.

 

Affaire à suivre...

 

Un regret tout de même: ma commune Piré-sur-Seiche est toujours bien à droite: Sarkozy 54,49%, Hollande 45,51%. Vous me direz, Sarkozy fait 5 points de moins qu'en 2007, mais quand même...

Repost 0
Published by Dany - dans politique
commenter cet article
5 mai 2012 6 05 /05 /mai /2012 14:35

Demain, 6 mai 2012, nous irons tous (j'espère...) aux urnes pour un moment très important de la vie démocratique. Nous irons qui dans une école, qui dans une mairie, qui dans une salle municipale. Dans presque tous ces lieux, il est écrit quelque part "liberté, égalité, fraternité".

 

La Liberté, nous l'exercerons demain: nous sommes libres de choisir nos représentants, nos dirigeants. Nous sommes libres de voter pour qui nous le souhaitons. En notre âme et conscience, selon nos convictions, nous décidons librement.

 

L'Egalité, nous allons la vivre demain aussi. C'est assez rare d'être égaux, dans ce monde brutal et sauvage: comme disait Coluche, certains sont plus égaux que d'autres, surtout les riches, beaux, et bien portants... Mais demain, nous avons chacun une voix. Le PDG comme l'ouvrier. Le milliardaire comme le SDF. Le travailleur comme le chômeur. Le jeune comme le vieux. Le Français d'origine immigrée comme le Français de souche (ça existe un Français de souche? bref...).  Le malade comme le bien portant. Chacun une voix.

 

Et la Fraternité... ? La fraternité, elle ne s'exerce pas, ne se pratique pas simplement par l'acte de vote. Elle s'exprime au quotidien, par des actions de fond, par des choix politiques de court et de long terme, en tendant la main à son frère, à son prochain. C'est le résultat du vote qui fera la fraternité ou non. Pas le fait de voter, mais les actes de celui qui sera désigné par le vote.

Demain, on peut choisir de cliver la France en plein de clans opposés : travailleurs contre chômeurs, riches contre pauvres, Français contre immigrés, débrouillards contre assistés, catholiques contre musulmans, hétérosexuels contre homosexuels, retraités contre actifs, etc etc. Mais puisque la fraternité est par définition "l'expression du lien moral qui unit une fratrie", trouvez-vous que c'est ainsi que l'on se comporte dans une fratrie? Divise-t-on une fratrie? Non, une fratrie est par définition unie, quels que soient les opinions, tendances, difficultés de ses membres. Alors demain, au lieu de cliver, on peut choisir de rassembler les gens, pour plus de solidarité, de partage, de progrès... pour plus de fraternité.

Demain, on peut chercher des coupables, des boucs émissaires. Ou alors on peut chercher des solutions fraternelles.

 

Aux urnes citoyens!

Repost 0
Published by Dany - dans politique
commenter cet article
19 avril 2012 4 19 /04 /avril /2012 13:30

Hier soir en lisant mon quotidien Ouest-France, une chose m'a sauté aux yeux: il y avait un résultat de sondage pour le premier tour de dimanche, avec Hollande et Sarkozy en tête, suivis de -dans l'ordre mais très proches-: Le Pen, Mélenchon, Bayrou. Immédiatement j'ai vu l'argument pour voter pour Mélenchon: le placer devant Le Pen.

Parce que, dans notre monde médiatico-médiatique, les symboles comptent. C'est celui -ou celle- qui sera en troisième place qui sera écouté entre les deux tours. C'est celui-là -celle-là- qui aura de l'influence sur les deux premiers. On peut le déplorer, puisque si les scores sont serrés ce n'est pas du tout équitable, encore moins juste. Mais c'est comme ça que ça se passe.

Alors moi je ne veux pas qu'entre les deux tours on se mette à parler du faux problème de l'immigration ou autres nauséabonderies, et je ne veux pas qu'on entende un centriste nous dire qu'il faut arrêter d'opposer droite et gauche (oui-oui réveille toi!). Moi je veux qu'on parle de la souffrance des gens du bas de l'échelle, du partage des richesses, de la planification écologique, de la règle verte, etc. etc. (et j'aimerais parler de décroissance... mais pour ça je ne rêve pas). J'aurais aimé en parler avec Eva Joly en troisième place, mais ça me paraît impossible. Alors parlons-en avec JL Mélenchon!

Je crois que je vais voter pour lui dimanche... si vous avez des arguments pour me faire changer d'avis, c'est maintenant!

 

Repost 0
Published by Dany - dans politique
commenter cet article
16 avril 2012 1 16 /04 /avril /2012 13:26

Ce midi, pendant ma "pause internet" je tombe sur ça: Obliger toutes les gauches à bouger en votant Front de gauche .

ça m'interpelle, moi qui pensais que seule Eva Joly était dans le vrai, au sujet de l'anti-productivisme, et du besoin de s'adapter à la décroissance forcée qui s'annonce. Mais si l'ensemble des décroissants appellent à voter Mélenchon, c'est que j'ai manqué quelque chose!

Du coup j'ai reparcouru le programme de Mélenchon, que l'on peut trouver ici: l'humain d'abord.

 

Et depuis un quart d'heure maintenant, je doute... ne vaut-il pas mieux voter pour Mélenchon?

 

D'abord son programme me va bien... et cela renforcerait son poids face au futur Président, pour peser sur les choix. Tandis que, il faut l'admettre, les voix d'Eva Joly pèseront peu si le score reste sous les 3%... et c'est vrai que l'accord PS-Verts saborde l'idée de décroitre. L'accord se situe dans un axe de recherche de croissance économique, un point c'est tout.

 

D'un autre côté, Mélenchon n'est pas bien clair sur le contenu de la planification écologique, ni sur la règle verte... et il n'évoque pas le principe de décroitre ni de s'affranchir du PIB comme indicateur.

 

Bon ben voilà, je ne sais plus... quel est votre avis?

 

Repost 0
Published by Dany - dans politique
commenter cet article
9 avril 2012 1 09 /04 /avril /2012 09:29

Dans moins de 2 semaines, nous irons voter pour le premier tour de l’élection présidentielle. Cela fait environ 6 mois que la campagne électorale se déroule, plus ou moins intensément. Et pour le moment, je crois que nous avons raté deux aspects essentiels : l’environnement, et la décroissance économique forcée qui arrive…

 

Tout d’abord, nous avons à peine entendu parler de notre environnement. Tout au plus avons-nous eu quelques discussions sur la filière nucléaire, et cela s’est arrêté net lorsque le PS et EELV ont conclu un « accord » post-électoral.

Pourtant, l’environnement, c’est un sujet majeur, parce qu’il conditionne tout le reste. 

  • On pourrait parler de l’eau, qui nous pose deux problèmes majeurs : 1- elle manque déjà en ce printemps, et aucune mesure forte n’est prise pour l’économiser. 2- sa qualité laisse largement à désirer, à cause des pollutions variées. L’eau, c’est juste un élément indispensable à notre vie… bah, un détail ! Que fera-t-on d’une belle croissance économique quand il faudra choisir qui parmi nous sera privé d’eau potable ? Ou quand on aura des guerres pour l’accès à l’eau ?
  • On pourrait parler du réchauffement climatique -le manque de pluie est peut-être bien lié à ce réchauffement, d’ailleurs-, qui menace des millions de gens dans le monde, directement ou indirectement. Que fera-t-on de notre pseudo croissance économique quand il y aura des mouvements colossaux de population ? Ou quand il y aura des famines gigantesques ? Ou quand il y aura des incendies monstres dans les quelques forêts qui nous restent ?
  • On pourrait parler aussi de l’épuisement des ressources naturelles, et surtout de notre impréparation à y faire face : par exemple, a-t-on des solutions pour remplacer le pétrole et le gaz ? Toujours pas. On a bien des pistes pour produire de l’électricité, mais le total des pistes ne permettra pas avant longtemps de remplacer les énergies fossiles. Ceux qui brandissent le nucléaire comme solutions ne parlent pas de la gestion des déchets, et oublient surtout de dire que les réserves d’uranium exploitable sont dérisoires (100 ans à tout casser, et encore si on ne construit pas trop de centrales nucléaires !). Au sujet des transports, pour le coup, c’est encore pire ! Aucune solution pour remplacer le pétrole… Les chantres de la voiture électrique oublient qu’il faut produire de l’électricité (voir plus haut !), et qu’il faut des batteries. Ces batteries sont polluantes, mais surtout ont besoin de lithium pour être fabriquées. Et les réserves mondiales de lithium ne suffiraient pas à fournir assez de voitures aux seuls Français. Alors pour la planète entière, n’évoquons même pas ce sujet comme une solution potentielle… Quant à ceux qui évoquent les « biocarburants » -qui n’ont rien de bio, je préfère dire « agrocarburants »-, ils oublient la concurrence entre alimentation et carburants pour l’usage des terres agricoles. C’est tout de même un peu gênant de priver des gens de nourriture pour pouvoir aller en week-end à la plage, ou pour se faire livrer une console de jeux par transporteur…
  • On pourrait parler aussi de la qualité de l’air, de la qualité des aliments, des maladies liées aux pollutions diverses, etc…

Tous ces sujets, et de nombreux autres, considérés comme importants il y a 5 ans, ont été au centre des deux « Grenelle de l’Environnement », lesquels ont été bien vite détricotés pour cause de « priorités budgétaires » ou plus vraisemblablement pour ne pas froisser un électorat égoïste de droite.

 

Aujourd’hui, dans la campagne électorale, ces sujets comptent peu car ils sont considérés comme secondaires par rapport à « la crise économique » et à ses conséquences sociales. Je ne veux pas minimiser ces sujets, bien au contraire. Car selon moi, la crise économique est intimement lié aux ressources naturelles, et ne sera pas résolue tant qu’on n’aura pas de solutions écologiques.

Je m’explique, en illustrant avec la ressource naturelle qui va poser problème très bientôt: le pétrole. Le problème du pétrole, ce n’est pas pour le moment la question de son épuisement. On ne sait pas vraiment quand il n’y en aura plus. Le vrai problème commencera au moment ou la demande (de consommation, mondiale) sera supérieure à l’offre (la production, mondiale). C’est ce qu’on appelle le peak oil. A cet instant, le prix du baril va monter. Et il ne montera pas qu’un peu, il montera beaucoup ! Car bien sûr, dans un monde de finance dérégulée, la spéculation a de beaux jours devant elle. Le plus gros problème sera alors la spéculation sur le cours du pétrole, qui fera monter les prix de façon spectaculaire pour les utilisateurs finaux. Et ce pétrole, il sert pour l’électricité, le transport, l’agriculture, la chimie, les plastiques, la pharmacie, etc etc… Au-delà du prix des transports, nous verrons monter les prix de nombreux produits de la vie courante, et surtout les prix des aliments, puisque l’agriculture utilise énormément les intrants issus du pétrole, ainsi que des transports. Rappelons-nous qu’en 2008, lorsqu’une spéculation sur le pétrole avait fait monter le cours du baril, nous avions vu aussi les cours du blé et du riz monter, et il y avait eu des émeutes de la faim dans plusieurs pays.

Nous aurons l’air malin quand ce peak oil arrivera… déjà qu’aujourd’hui, 13% des ménages français ont du mal à payer leurs factures énergétiques (situation de précarité énergétique), et que des millions de gens ne passeraient pas l’hiver sans les Restos du Cœur. Quand ce peak oil arrivera, combien de gens n’arriveront plus à se nourrir ? Elle sera belle, la cinquième puissance mondiale, avec des émeutes de la faim et des pillages pour survivre.

Vous me direz « mais Dany, ton peak oil là, c’est pour quand ? Parce que si c’est dans 40 ou 50 ans, bah on a le temps ! » Et bien, selon une agence gouvernementale américaine, et selon le ministère australien de l’énergie (pas selon des écolos), c’est prévu entre 2012 et 2015… Alors ? A-t-on du temps pour y réfléchir ? A-t-on le temps de s’en foutre ? Il ne s’agit pas d’un sujet écolo, il s’agit d’une question urgente, économique et sociale, de survie collective.

 

Alors, pour cette élection présidentielle, je pense qu’on ne devrait pas se demander comment retrouver le chemin de la croissance. Car avec une énergie chère, on n’aura plus de croissance économique. C’est le principal raté de cette campagne : on aura une décroissance forcée. Pour moi c’est évident. La question est de savoir si on subit une décroissance violente, ou si on la gère pour raisonner autrement et éviter de sombrer dans la barbarie. La gérer autrement, c’est par exemple :

  • Un plan de transition énergétique massif pour moins utiliser les énergies fossiles (uranium compris), afin de limiter l’impact de leur montée des prix (je ne parle même pas de limiter les gaz à effets de serre…). Ce plan comprend le recours aux énergies renouvelables, mais surtout un vaste programme d’économies d’énergies, puisqu’il est logique de moins consommer avant de chercher à produire quelque chose de difficile et coûteux.
  • Un plan de gestion intelligente et économique de l’eau, avec mesures drastiques pour sauvegarder sa qualité et ses quantités.
  • Un plan de transition alimentaire massif, pour que notre agriculture soit moins dépendante du pétrole, à la fois pour la production et pour le transport. Une transition vers l’agriculture biologique et la consommation locale, donc.
  • Le partage du travail, qui sera forcément moindre (au total) puisqu’il y aura une décroissance économique. Ce partage, autrement dénommé réduction du temps de travail, permettra à chacun d’en avoir un (au lieu que certains bossent comme des cinglés pendant que d’autres sont interdits de travail et sont pointés du doigt comme s’ils étaient des profiteurs…), et permettra à chacun d’avoir du temps libre pour faire un tas de choses épanouissantes… sachant que si les transitions énergétiques et alimentaires sont réussies, ce travail à temps réduit permettra tout de même d’en vivre correctement.

On pourrait imaginer un tas d’autres mesures, d’autres thèmes. Je m’arrête là pour aujourd’hui, car rien qu’avec les 4 points que j’ai écrits, le choix parmi les 10 candidats est arrêté. Seule Eva Joly propose ces mesures, qui vont dans l’unique voie qui me paraisse viable.

Tous les autres candidats sont dans la recherche de la croissance, dans le productivisme effréné, et ne font qu’appuyer sur l’accélérateur du véhicule qui fonce vers le mur. Evidemment, je ne mets pas les 9 autres dans le même panier. Jean-Luc Mélenchon serait le meilleur choix sans Eva Joly, et François Hollande est largement « moins  pire » que ses principaux adversaires de droite (et du faux centre qui est à droite). Je ne me tromperai pas au deuxième tour, évidemment. Mais tout de même, Mélenchon et Hollande, et leurs partis respectifs, n’ont pas pris la mesure des graves enjeux qui nous menacent.

Vous êtes peut-être en train de vous dire « bah d’façon, vu qu’il y a déjà un accord entre le PS et EELV, autant voter Hollande directement, puisque c’est plié ». C’est vrai que la direction d’EELV a fait un vrai croche-patte à sa candidate, avec cet accord. Mais avez-vous entendu parler des enjeux que j’évoquais auparavant, dans cet accord ? Trouvez-vous que Hollande tienne compte de la gestion de la décroissance forcée ? Je ne trouve pas… cet accord est loin du compte, et il faut peser pour que les choses bougent…

Vous êtes peut-être aussi en train de vous dire « ouais mais bon, Eva Joly, elle ne percute pas, elle est inaudible, elle n’emballe pas les foules, etc. Elle n’est qu’à 2%, alors à quoi bon ? ». C’est vrai, vous avez raison. Elle n’a pas le charisme des ténors de cette campagne. Elle n’est pas une bonne communicante. Elle n’a pas une diction aisée et fluide. Mélenchon est un des meilleurs pour cela, incontestablement. Mais pour notre avenir, on fait quoi ? On s’en tient à la forme, ou au fond ? Moi je choisis le fond. Pour ce premier tour d’élection, moi je ne voterai pas pour une personnalité charismatique, je ne voterai pas pour me défouler, mais je voterai pour un programme politique qui répond aux enjeux. Et, chers amis, j’espère que vous aussi vous ferez de même.


Le 22 avril, votez Eva Joly !

Repost 0
Published by Dany - dans politique
commenter cet article
2 avril 2012 1 02 /04 /avril /2012 21:02

Vendredi 30, c’était mon dernier jour d’école.

Ce soir là, j’ai eu un sentiment partagé : une part de moi était content d’en finir, surtout à cause des exams–rapports-soutenances qui se sont enchainés sur la fin. Une autre part était tristoune de quitter un groupe très sympa, avec plein de gens intéressants. Ils me manqueront … Merci les gars et les filles pour l’ambiance, pour la sympathie, pour la spontanéité, pour m’avoir rappelé plein de souvenirs de jeunesse, pour … juste pour avoir été vous-même ! C’était chouette ! A l’avenir, j’aimerais bien travailler avec plusieurs d’entre vous. Mais je n’ai pas de boule de cristal, et c’est l’avenir, justement, qui nous le dira ! Laissons le venir…

Ça me fait bizarre aussi de quitter ce lieu d’apprentissage quasi-quotidien qu’était l’EME. J’ai appris beaucoup, dont surtout ce que j’en attendais en thermique du bâtiment. Et jusqu’au dernier jour, à la dernière minute, j’ai eu des discussions intéressantes avec les enseignants, que je tiens à remercier aussi. Mention spéciale à Christophe Morvant pour ses connaissances et compétences de thermicien, pour sa capacité à transmettre, et pour son accessibilité.

Les 6 derniers mois sont passés à toute vitesse, et aujourd’hui je pense avoir acquis l’essentiel de ce que je dois savoir pour poursuivre mon rebond professionnel. Il faut attendre les résultats pour être sûr de ne pas avoir manqué des choses importantes, mais je pense que les exams se sont bien passés.

Maintenant c’est à moi de jouer… seul ! C’est cela qui me fait un peu… peur n’est pas le mot… c’est une sorte d’anxiété, mais pas vraiment… d’angoisse, mais pas vraiment non plus… d’appréhension peut-être, encore que. Il y a aussi une pointe d’excitation qui s’y mélange… Bref ! C’est quelque chose de difficile à exprimer, qui donne un peu le vertige, que je dois gérer pour me lancer cet été. Juste après les deux sentiments mêlés dont je parlais au tout début, c’est cette chose indéfinissable qui m’a saisi. L’étape de la fin d’école m’en approche d’un coup, alors que je ne voyais rien venir jusqu’alors, tellement j’étais pris par le travail d’étudiant consciencieux (au passage, c’est drôle, on est beaucoup plus consciencieux quand on reprend des études à 35 ans que pour les études initiales à 20-23 ans…).

Mais n’allons pas trop vite non plus, il faut que je termine mon stage, qui se poursuit jusque fin juin. C’est seulement ensuite, que je serai lâché dans le grand bain de l’indépendance… Pendant ce temps, je peux profiter des soirées libérées pour, d’abord, m’occuper de ma pitite puce, puis pour préparer la suite, et aussi pour réactiver mon blog et ma page facebook ! Ça tombe bien, les élections approchent, et j’ai quelques trucs à dire…

A très bientôt !

Repost 0
13 février 2012 1 13 /02 /février /2012 11:23

 

Ça y est ! Hier, 12 février, nous avons démonté le WC familial, et mis en place les toilettes sèches. Désormais, nous ne consommons plus d’eau du tout pour les toilettes. D’après mes calculs, c’est une économie de 15 à 30 m3 d’eau par an.

L’impact est double : premièrement c’est la ressource en eau qui est économisée. On puise moins dans la nappe phréatique. Et avec des saisons de plus en plus sèches, c’est important de faire attention. Les petits gestes (pendant le brossage des dents, ou le lavage des mains, …) sont dérisoires par rapport à l’ampleur du problème. Un WC, c’est déjà plus conséquent. Deuxièmement, c’est la qualité de l’eau qui est préservée : on ne la pollue pas avec nos excréments. Car dans une habitation, les excréments contaminent beaucoup l’eau, et sont très embêtants à épurer.

Ceci étant dit, il ne faut pas crier victoire trop vite. D’une part il y a encore plein de consommations d’eau à surveiller. En particulier il faudrait qu’on s’équipe de limiteurs de débit sur les robinets et douche. D’autre part il faut faire bien attention à la gestion du compost issu de ses toilettes sèches. Car il ne faut pas polluer la nappe phréatique, ni contaminer des voisins, avec le tas de compost !

Certains voient dans les toilettes sèches un retour en arrière, car nos grands parents ou arrière grands parents se souviennent de la corvée de "sortir le seau" chaque jour. Mais à l'heure du réchauffement climatique et des sécheresses de plus en plus fréquentes, et quand on voit les constats navrants de dégradation de la qualité des eaux, moi je pense que les toilettes sèches sont un progrès. Sortir le seau n'est pas qu'une corvée, c'est un geste pour éviter plus tard de choisir entre la douche et les WC, ou pire entre boire et se laver...


Repost 0
Published by Dany - dans environnement
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Dany
  • : Mes états d'âme, mes réactions par rapport à l'actualité, etc.
  • Contact

Recherche