Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 août 2011 3 17 /08 /août /2011 15:08

Ce matin en bricolant, j'écoutais France Inter, et j'ai été agréablement surpris d'entendre parler de la décroissance comme une piste sérieuse envisagée face à la crise qui nous secoue depuis maintenant 3 ans.

Voici le lien vers l'émission qu'on peut réécouter sur le site de France Inter: http://www.franceinter.fr/emission-ca-vous-derange-decroissance-ou-demission

 

 

Repost 0
Published by Dany - dans décroissance
commenter cet article
17 juillet 2011 7 17 /07 /juillet /2011 16:19

En ce début d'après-midi pluvieux - et semi commateux! -, je regardais le zapping de Canal+. Une phrase d'un journaliste m'a tiré de ma torpeur: "paradoxalement, ceux qui consomment le plus sont aussi ceux qui produisent le plus de déchets".

Je ne sais pas si vous parlez la même langue que moi, mais moi je ne vois pas du tout ce qu'il y a de paradoxal... Notre "société de consommation" ne fonctionne que par le fait de jeter rapidement ce qu'on vient d'acheter, pour reconsommer de nouveau. On fait de plus en plus de "jetable", qui s'additionne aux tonnes d'emballages inutiles qu'on nous force à acheter. Alors forcément, plus on consomme, plus on jette.

Pour moi c'est évident depuis déjà longtemps: pour faire moins de déchets, consommons moins!

En plus de faire moins de déchets, ça me permet de faire un paquet d'économies, donc d'avoir moins besoin de travailler, donc de vivre mieux... ce n'est pas vraiment conforme au message présidentiel de 2007-2008 "travailler plus pour gagner plus", mais j'assume!

Personnellement, ce n'est pas le travail monétisé qui me rend heureux... je me revendique même comme étant "décroissant"... paradoxalement?

 

Repost 0
Published by Dany - dans décroissance
commenter cet article
27 janvier 2011 4 27 /01 /janvier /2011 13:56

Avant d'entrer dans le débat de savoir s'il faut flinguer les 35h ou pas, il faudrait d'abord se mettre d'accord sur la réalité du temps de travail. Alors justement, vous avez dû constater comme moi qu'on entend tout et n'importe quoi sur le sujet. Des journalistes se sont penchés sur le sujet, et ont décortiqué les chiffres. Voici la réalité des choses: 35h: la foire aux statistiques.

Maintenant, on pourrait éventuellement débattre pour savoir s'il faut travailler plus ou moins, se comparer aux autres, parler de compétitivité, de coût du travail, ... Mais avant cela, il faudrait peut-être savoir de quel travail on parle, pour nous et pour ceux avec qui on se compare. Travail rémunéré et déclaré? Travail rémunéré non déclaré? Heures supplémentaires gratuites? Travail gratuit (vie associative, bénévolat, garde d'enfants, entraide, bricolage, potager, ...)? Certaines choses sont bénévoles ici et pas ailleurs, ou inversement...On pourrait aussi, avant cela, se demander pour quoi on travaille. Je veux dire par là: pour quelle utilité? Utilité sociale, utilité individuelle, ... On pourrait - on devrait- se demander quel est l'impact de ce travail sur les autres et sur l'environnement. Et aussi l'impact sur soi-même : temps de travail / temps contraint / temps réellement libre... stress... etc etc.

Bref, vaste débat...

Au fil de mes réflexions personnelles sur ces sujets, j'en suis venu à m'intéresser à la Décroissance en tant que concept politique. Voici un lien qui explique quelques éléments, et qui surtout renvoie vers de nombreux autres liens et ouvrages bibliographiques: http://fr.wikipedia.org/wiki/Décroissance_(économie).

Depuis le début des années 90, on m'a fait croire qu'il n'y avait qu'une seule voie possible pour le monde, suite à la chute du communisme: le capitalisme sauvage (pléonasme...). Depuis que j'ai découvert les décroissants, je sais qu'une autre voie est possible. On n'est pas obligés de laisser les riches s'enrichir en écrasant les pauvres et en saccageant la planète.

Le champs d'exploration est immense, et ce mouvement politique n'en est qu'à ses balbutiements, en ce sens que beaucoup de choses sont à construire. Chacun peut  (doit?) y prendre sa place...

Repost 0
Published by Dany - dans décroissance
commenter cet article
30 août 2010 1 30 /08 /août /2010 14:16

Pendant mes congés, j'ai pu souffler un peu... j'ai pensé à autre chose, et notamment à tout ce qu'on pourrait faire pour sortir de notre folie consumériste, de notre mode de vie stressant, pour éviter de courir à notre propre perte...

J'ai rencontré un couple vraiment très sympathique, qui arrive à vivre sans -trop- perdre la tête! Vous pourrez les trouver là: http://www.accueil-paysan.com/hote.asp?fiche=2910 Si vous cherchez un endroit pour vos prochaines vacances, je vous le recommande! Ne craignez pas l'éventuel mauvais temps, car une ou deux soirées à disucter avec les hôtes suffiront à vous détendre!

Et puis, une semaine après ma "rentrée", j'ai toujours du mal à travailler intensément, alors il m'arrive de faire une "pause internet" de temps en temps. Voici ce que j'ai trouvé, que je vous recommande... http://www.colibris-lemouvement.org/

 

Bon courage à tous...

Repost 0
Published by Dany - dans décroissance
commenter cet article
7 février 2009 6 07 /02 /février /2009 15:48

L'acte d'acheter est loin d'être anodin: il a plus de portée et d'influence qu'un bulletin dans l'urne. Acheter en conscience aide à faire évoluer le système social dans un sens ou dans l'autre.
Pierre Rabhi


J'ai toujours l'impression de passer pour un extra-terrestre quand j'explique à mes collègues, à la cantine, que j'essaie de prendre des légumes bio, locaux, et de saison, pour éviter les transports inutiles, les pesticides, et les serres chauffées. De même quand j'explique pourquoi je mange peu de viande rouge (impact environnemental énorme, tandis que la viande blanche en a beaucoup moins). Idem pour les choix de jouets pour les enfants (heureusement qu'il reste quelques fabricants dans le Jura), pour les vêtements (là c'est difficile de résister...), pour l'équipement de la maison, etc.
Et je ne vous dis pas la tête des gens quand j'explique que je n'ai pas besoin d'un home-cinéma ni d'une chaîne hi-fi dernier cri, même si j'en ai les moyens. Et que donc j'essaie de ne pas acheter du tout ce qui est superflu, car le meilleur moyen d'être écologique, c'est de ne pas fabriquer, ne pas extraire, ne pas transporter, etc. Pierre Rabhi, dans cette citation, parle de "l'acte d'acheter". J'y ajoute "l'acte de ne pas acheter"! En un mot, j'essaie de pratiquer la décroissance. ça heurte souvent les gens, car il s'agit d'une façon de penser radicalement différente, qui est peu compatible avec le système économique actuel (car créateur de chômage). C'est une véritable révolution intellectuelle, mais je suis convaincu qu'il n'y a pas d'autre voie...

Repost 0
Published by Dany - dans décroissance
commenter cet article
11 janvier 2009 7 11 /01 /janvier /2009 18:19
Au JT, un reportage nous explique qu'à cause du gel qui dure, l'arrachage des légumes est difficile, ce qui entraîne une limitation du nombre de légumes disponibles, et donc une hausse des prix (+50% environ). La plupart des légumes d'hiver sont concernés, en premier lieu le poireau. (Au passage, un truc pas signalé dans le reportage: même avec la hausse des prix actuelle, les légumes de saison sont quand même parmi les aliments les moins chers...). Le reporter demande aux gens comment ils font, face à cette hausse des prix. Une dame répond: « on va manger le vert des poireaux aussi » ! Cela m'a beaucoup surpris... Vous ne le mangez pas, vous, le vert des poireaux? Moi oui, et c'est très bon! Mais mon propos n'est pas là. Ce qui me choque, c'est pourquoi on ne le mange pas y compris quand le poireau est moins cher. Jeter cette nourriture, c'est jeter une partie de son prix! C'est comme si on considère que le blanc de poireau se paye au prix du poireau complet, soit grosso modo 50% plus cher!
C'est dingue de ne vouloir faire des économies que quand les prix flambent. On peut en faire tout le temps des économies, pourquoi s'en priver? Le même raisonnement vaut pour le carburant, que l'on cherche à économiser en période chère, à coups d'écoconduite, de déplacements groupés, de bâches remises sur les camions-bennes, etc. Mais pourquoi ne pas adopter ces comportements tout le temps? Même chose pour les économies d'électricité: on n'optimise pas son four, son chauffage, sa lumière que quand on risque le black-out par grand froid! Ou encore pour l'eau, à laquelle on fait attention en période de sécheresse, quand il est trop tard. Si personne n'arrosait jamais sa pelouse (ni son ... golf!), ne remplissait pas de piscine, etc, peut-être n'y aurait-il jamais de pénurie...?
Il est temps de sortir de la société du gaspillage (autrement dit de la société de consommation et de tous ses excès!) et d'avoir un peu de bon sens et de cohérence.
Mangez le vert des poireaux!
Repost 0
Published by Dany - dans décroissance
commenter cet article
7 janvier 2009 3 07 /01 /janvier /2009 22:01

A part en cette période de crise, le monde se développe, s'enrichit, chaque année d'avantage. Cela est plutôt réjouissant... sauf qu’apparemment tout le monde n'en profite pas de la même façon, les inégalités sont criantes... Cet enrichissement qui s'accroit, il est mesuré par la somme des PIB de tous les pays du monde. Et cette somme est en augmentation, laquelle augmentation s'appelle la croissance. Quand on parle de croissance (ou quand on l'entend au JT), parfois on oublie de quoi il s'agit: il s'agit de la croissance des richesses monétaires.
Et dans notre beau pays (pays développé, pays avancé, paraît-il), il y a également croissance. Elle est un peu faible en ce moment, et on a même un risque de ne pas en avoir en 2009. Mais nous sommes globalement riches (en euros) par rapport au reste du monde. Nous sommes également riches au sens du niveau de vie: nous mangeons à peu près tous à notre faim (à peu près, car il reste trop de gens qui souffrent...), nous avons un logement (même remarque...), nous avons accès à un système de santé efficace, nous avons des moyens de locomotion individuels et/ou en commun, nous avons l'eau courante potable, l'électricité, la télévision, le téléphone, internet, etc etc. Et nous « croissons » monétairement toujours. C'est à dire que nous continuons à augmenter nos richesses, nous continuons à travailler mieux pour avoir plus de choses, plus de services, etc. Tout cela est permis par ce qu'on appelle les gains de productivité: chaque année, chaque mois, chaque semaine, nous trouvons des moyens de produire plus et mieux en moins de temps. Ainsi arrivons-nous à produire chaque année un peu plus que l'année d'avant, avec la même quantité de travail.
Ce que je trouve étrange, c'est qu'il paraît évident à tout le monde qu'il faut un PIB toujours plus élevé. Et donc qu'il faut continuer à travailler autant (voire plus), pour produire plus de choses, pour gagner plus d'argent, donc pour posséder plus. Personne ne s'imagine qu'on pourrait décider (individuellement ou collectivement) que le niveau de vie est suffisant, qu'il n'est pas la peine d'avoir plus de chaines télé, plus de gadgets dans la voiture, plus de voyages polluants, etc, et que donc on pourrait réduire le temps de travail chaque année en ayant toujours le même niveau de vie. Voire même on pourrait choisir de réduire ce niveau de vie (renoncer à la deuxième voiture, au téléphone portable, aux restaurants mensuels, aux vacances lointaines, etc), pour réduire drastiquement son temps de travail, et ainsi profiter pleinement de son temps libre. La croissance est devenue une vraie dictature intellectuelle. Elle nous met de telles oeillères qu'on n'imagine même pas qu'on pourrait s'en passer. Et en ces temps de crise économique qui se transforme en crise sociale, cette dictature intellectuelle est patente! Personne n'imagine d'autre solution que celle de retrouver la sacro-sainte croissance...
Alors bien sûr, certains secteurs de l'économie devraient continuer à croître, selon moi: la santé, la recherche scientifique et médicale, tout ce qui contribue à réduire nos consommations d'énergie (matériaux isolants), etc etc. D'autres devraient décroître: toutes les activités polluantes, les voyages lointains, l'aéronautique, etc. D'autres méritent réflexion: la téléphonie mobile, la télévision, certains loisirs, etc. En tous cas, on devrait débattre publiquement de ces aspects. Pourquoi ne peut-on pas le faire? Parce qu'au nom de la liberté d'entreprendre et au nom de la croissance illimitée, il ne faut pas intervenir dans « l'économie marchande » et sa « libre concurrence ». Personnellement cette réponse ne me satisfait pas du tout!
Et puis si on pouvait faire ces choix collectifs, il se posera un problème concomitant: celui de l’organisation toute entière de l’économie. Car si on choisit de décroître dans un secteur, il y aura des gens au chômage, qu’il faudra reclasser dans les autres secteurs. Si on ne change rien à notre système, il ne seront reclassés que si au total il y a croissance. Si on choisit qu’au total il n’y a pas de croissance, alors il faut réduire le temps de travail de tous, et répartir les salaires mieux qu’aujourd’hui… c’est la seule solution.
D’autre part, même quand individuellement on voudrait faire ce choix de réduire le temps de travail, on se trouve piégé. Car aujourd’hui la majorité des travailleurs à temps plein gagne moins de 1500€ nets pas mois, ce qui est trop juste pour faire vivre sa famille. Et donc on se trouve « obligé » de contribuer à cette croissance qu’on ne souhaite pas, y compris quand on travaille dans un secteur économique qui contribue au «superflu » ou à la pollution, ou au gaspillage des ressources naturelles. Seuls les gens « aisés » peuvent se permettre de réduire leur temps de travail, et encore cette modalité nécessite-t-elle l’accord de l’employeur. Et je ne parle pas des aspects de concurrence et de dumping social, qui sont les premiers effets de la mondialisation croissante (elle aussi), et qui servent d’alibi pour ne pas augmenter les salaires ni réduire le temps de travail.
L’organisation économique et son impératif de croissance sont très bien ficelés, ils ont réussi à piéger leurs serviteurs, qu’ils soient volontaires ou involontaires. Et ce « ils » n’est pas personnifiable, c’est une façon de faire qui s’est installée au fil de l’Histoire, avec des à-coups, avec des coups d’arrêt et des reprises, mais qui reste une lame de fond qui s’impose à nous, individus cherchant à vivre mieux, à s’émanciper du travail, individus qui nous plaçons dans l’héritage de mai 68…
Marche ou crève...

Repost 0
Published by Dany - dans décroissance
commenter cet article
6 janvier 2009 2 06 /01 /janvier /2009 22:57
La consommation électrique bat un record chaque jour: 90200MW hier, et 91500MW aujourd'hui. C'est à cause du froid, plus intense et réparti sur l'hexagone de manière plus complète que par le passé. Mais il faut préciser que c'est surtout parce que nous n'avons pas l'habitude de faire attention! On peut (on doit) consommer moins, mais pas seulement quand il y a une menace de black-out. Car une moindre consommation, ça peut permettre de ne pas mettre en route les centrales polluantes au fioul, au gaz, ou au charbon, qu'on utilise en secours. Et ça peut permettre de ne pas construire de nouvelles centrales nucléaires (telles que l'EPR), qui sont un risque mortel pour les populations environnantes, à court terme (accident) ou à long terme (déchets nucléaires).

Alors pour consommer moins, il ne suffit pas de remplacer ses vieilles ampoules par des ampoules « basse consommation ». C'est une chose à faire, bien entendu, car chaque geste compte, mais c'est une goutte d'eau dans l'océan de la consommation électrique française.

La première chose à faire est d'améliorer l'isolation des logements, car le premier poste de consommation est le chauffage! Chacun doit mettre les moyens pour cela, et ne pas lésiner sur l'épaisseur de l'isolant ni sa qualité. En plus des arguments écologique et civique, il y l'argument économique: c'est toujours rentable de mettre l'argent dans l'isolation, car le retour sur investissement est forcément positif, quelle que soit l'énergie de chauffage. Même quand on fait un petit emprunt pour les travaux. A ce sujet, je trouve étrange que plein de gens n'hésitent pas à mettre 10 ou 12000€ dans une chaudière, mais chipotent pour grappiller 500€ sur l'épaisseur de l'isolant... ce genre de contradictions me surprendra toujours!

Et puis il y a tellement d'autres choses à faire pour diminuer la consommation, je vous livre quelques idées en vrac juste comme ça :

  • ne pas dépasser une consigne de chauffage de 19°C,

  • ne pas placer son réfrigérateur près d'un chauffage,

  • laver son linge « à froid ». La plupart du temps, ça lave aussi bien qu'en chauffant l'eau. Pour les quelques tâches qui resteraient, frotter le linge à la main avec du savon, juste avant de le mettre dans la machine la fois suivante!

  • « mutualiser » les cuissons dans le four pour éviter les refroidissements et les réchauffages multiples,

  • débrancher tout ce qui se met « en veille », et surtout éteindre son boitier de connexion à internet la nuit ou quand on est absent,

  • ne pas acheter ce foutu écran plasma ou LCD, qu'il soit HD ou pas! A-t-on vraiment besoin d'un écran aussi grand, qui consomme environ 10 fois plus que la télé cathodique (qui fonctionne toujours j'imagine? Alors pourquoi la remplacer?) ! Et a-t-on vraiment besoin de voir en « haute définition » la météo, le JT, l'émission poubelle de prétendue télé-réalité, ou je ne sais quel feuilleton? Le mieux serait de se passer de téléviseur, mais je vais me faire traiter d'extrémiste! Et j'avoue (honteusement) que j'aurais du mal à le faire moi-même...

  • éteindre son PC, sa lumière, et tout ce qui est électrique, quand on quitte le bureau chaque soir,

  • arrêter de foutre des guirlandes lumineuses dans les sapins de Noël, ou pire autour de la maison à l'extérieur!

  • d'une manière générale, essayer d'acheter moins de biens matériels! Car même si un objet ne consomme pas en lui-même d'électricité, sa fabrication en consomme presque toujours! Pour acheter moins, il suffit de se poser deux questions avant chaque tentation d'achat: « Ai-je vraiment besoin de ceci? Ne pourrais-je pas m'en passer? ». Cette façon de faire, c'est en un mot la décroissance. On peut faire un sacré débat sur ce sujet, car il soulève plein de questions très intéressantes.

Alors je ne vais pas m'appesantir, on fera d'autres débats sur la décroissance! Pour la prise de conscience je vous invite à visiter le site de l'association negawatt: http://www.negawatt.org/

Et pour la liste de choses concrètes à faire pour réduire sa consommation, voir plutôt le site de l'ademe: http://www.ademe.fr


Repost 0
Published by Dany - dans décroissance
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Dany
  • : Mes états d'âme, mes réactions par rapport à l'actualité, etc.
  • Contact

Recherche