Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 avril 2017 2 25 /04 /avril /2017 06:29

Vous connaissez tous le résultat de dimanche dernier. Mais comme après chaque élection, j’ai ma propre analyse qui n’est pas forcément celle que j’entends à la radio ou que je lis dans la presse locale.

Tout d’abord, je relève que Marine Le Pen récolte presque 7,7 millions d’électeurs. C’est une hausse énorme ! Elle a beaucoup plus d’électeurs que dans tous les précédents scrutins. On avait présenté le score du FN aux régionales comme une hausse forte à 27%, mais en voix il n’y avait « que » 6,8 millions, ce qui n’était pas une hausse forte. Le résultat de dimanche est beaucoup plus inquiétant. Car si on peut parfaitement comprendre le rejet du PS et de LR, pourquoi se tourner vers des « solutions » aussi haineuses, brutales, liberticides ? Et pourquoi les gens ne voient-ils pas que les mesures économiques et sociales de cette candidate sont à ce point violentes envers les catégories populaires ? Pourquoi les électeurs du FN ne se sont-ils pas tournés vers la gauche de la gauche ? Pour moi, c’est cela qu’il faut analyser.

La gauche de la gauche, donc, a réalisé aussi une forte hausse, en la personne de Mélenchon. Plus de 7 millions d’électeurs, c’est énorme ! Je trouve que cela n’est pas assez souligné. Personnellement, depuis 1994 que je vote, je n’ai jamais vu cela. Malheureusement cela n’a pas permis d’accéder au second tour. Je pourrais moi aussi me lamenter sur le « non rassemblement » de Hamon et de Mélenchon, car en additionnant les scores cela donnerait largement accès au second tour. Mais en fait, il n’est pas du tout certain que les scores s’additionnent ! Il y aurait peut-être même eu un rejet de cette alliance entre le PS et ceux qui ont rejeté le PS depuis 10 ans. Cela aurait créé une sorte de synergie négative ! De toute façon, c’est trop tard pour se lamenter…

L’autre fait marquant, c’est l’ampleur du rejet des politiques PS et LR. Macron (qui propose la même politique que Hollande-Valls) et Fillon, totalisent à eux deux 39,17%. Le reste, soit plus de 60%, rejettent nettement les politiques menées depuis plusieurs dizaines d’années.

Mais… mais voilà, notre système électoral est tel, que c’est Macron qui va gagner. Et donc on reprend pour 5 ans de cette politique libérale de droite, qui nous fait mal depuis toutes ces années. C’est cela qui est dingue, avec notre élection présidentielle et ce mode de scrutin. Le rejet est net, mais la même politique sera reconduite ! Avec en plus une décomplexion qui ressemble à celle de Sarkozy concernant la casse de la sécurité sociale, la baisse des salaires, le recul des droits sociaux, l’appât du gain et l’enrichissement, etc etc… Si on avait un système parlementaire proportionnel, cela serait impossible de maintenir la même politique. Le résultat de dimanche dernier n'est pas une surprise, mais le résultat final sera totalement illogique...

Et comme en 2002, cela va me faire mal de voter le 6 mai. Mais je voterai Macron quand même, parce que pendant les 5 prochaines années, je préfère aller manifester contre sa politique plutôt que d’être interdit de manif par une politique liberticide et haineuse. On voit les dégâts faits par les maires FN dans plusieurs dizaines de villes. Les premières victimes sont les associations et la culture, qui perdent toute subvention et tout moyen matériel dès qu’elles ne font pas allégeance au maire, et/ou qu’elles ont des opinions différentes. La presse locale est remplie de ce genre de cas, qui montrent les méthodes horribles du FN et ce qu’il en sera s’ils ont le pouvoir au niveau national.

Le fascisme ne passera pas.

Repost 0
Published by Dany - dans politique
commenter cet article
19 avril 2017 3 19 /04 /avril /2017 07:39

Dimanche, c’est à notre tour de nous exprimer dans les urnes. Après le referendum des britanniques sur la sortie de l’Union Européenne, le vote présidentiel surréaliste des américains, le référendum emmenant la Turquie vers l’autocratie, saurons-nous éviter de nous retrouver le 8 mai avec une gueule de bois de 5 ans ?

Cela dépend du point de vue de chacun… Si l’on est xénophobe, raciste, homophobe, ou juste pas trop bien éclairé là-haut, pas de gueule de bois si c’est Le Pen présidente. Si l’on est catho tradi mais pas trop, tendance « la morale c’est pour les autres », pas de gueule de bois si c’est Fillon. Si l’on est bourré de pognon ou si l’on aime trimer et se faire piquer son pognon pour le donner à ceux qui en ont déjà plein, et qu'on se satisfait d'entendre "d’façon je ne me rends pas compte du décalage de 2 ou 3 zéros avec le peuple", pas de gueule de bois si c’est Macron ou Fillon. Si c’est l’un de ces 3 là, ce sera la gueule de bois pour moi… encore 5 ans à voir une droite décomplexée, avec recul des droits, aggravation de la pauvreté, augmentation des inégalités. Evidemment c’est pire si c’est Le Pen, un peu moins pire si c’est Fillon, un peu moins pire encore si c’est Macron. Mais bon…

Je suis allé aux primaires de « la belle alliance populaire », qui n’était ni belle, ni populaire, ni une alliance, mais passons. J’ai voté Hamon, d’une part parce que j’aimerais retrouver une gauche de gauche, combative, redistributrice, qui ne renonce pas comme l’on fait Hollande et Valls (surtout Hollande, puisque Valls, il a toujours fait comme il avait annoncé lors des primaires de 2011 : un programme de droite !). J’ai surtout aimé le revenu universel. Mais dans la semaine suivant son intronisation, qu’a annoncé Hamon ? Que le revenu universel d’existence serait 1/conditionné aux revenus et 2/ pas pour tout le monde. Ni d’existence, ni universel, ce revenu ! Super…  En fait c’est juste une extension des minimas sociaux, comme Mélenchon. Ce qui est déjà bien, mais ce n’est pas à la hauteur des ambitions. Pas encore élu, que déjà il renonce et édulcore son programme. Du grand PS dans toute sa splendeur. Dès lors, je ne peux plus voter Hamon. Le reste de son programme va sans doute y passer s’il est élu, sans compter qu’il n’y a plus grand monde au PS pour le soutenir, puisque grâce au Hollandisme (en tant que premier secrétaire pendant 10 ans, puis en tant que président), ce parti est devenu de droite.

Donc me voici avec le seul vote possible pour dimanche : Mélenchon. Un programme de gauche, c’est-à-dire social, redistributif, de progrès humain et pas forcément de progrès économique. Un programme écologique, avec un réel principe de précaution et une règle verte. Un programme de politique internationale solidaire et respectueux. Au fait, au lieu de hurler à l’alliance avec les chavezistes, les castristes, les poutinistes, les assadistes, lisez son programme, écoutez ses réflexions, et vous verrez qu’il n’est ni chavesiste, ni castriste, ni poutiniste, ni assadiste, mais juste beaucoup plus indépendant vis-à-vis des américains et plus équilibré que ce qu’on entend dans les médias habituellement.

Je ne sais pas si les tendances sondagières peuvent être prises au sérieux, tant je serais surpris de voir Mélenchon au second tour, dans notre France si profondément de droite. Mais les électeurs de la droite traditionnelle sont déboussolés par l’amoralité de Fillon. Les électeurs de la pseudo-gauche social-démocrate, économiquement de droite, sont déboussolés par l’absence de candidat clairement positionné comme tel, et par la trahison de Macron envers Hollande, même si Macron est bien ce candidat d’après son programme. C’est en partie lié aux primaires qui ont explosé les partis et les modérations habituelles, mais pas seulement. Du coup le vote est très incertain cette fois-ci. De plus, une partie des votes protestataires semble aller vers Mélenchon, car les sondages le montrent comme qualifiable et aussi car son programme est mieux expliqué qu’il y a 5 ans, ce qui permet aux gens de se rendre compte des possibilités de vie meilleure. Alors on peut entrevoir que Mélenchon serait au second tour, ce qui donne un espoir au peuple de gauche. La peur des puissances d’argent s’exprime d’ailleurs avec férocité dans certains médias à leur botte, ce qui renforce mon sentiment que cette fois, ce serait possible… Donc sans hésiter, dimanche, je vote Mélenchon.

Mais se rend-on compte que quel que soit le résultat dimanche soir, le président élu ne représentera que 20 à 25% des voix, sans tenir compte de l’abstention ? Soit au mieux 15 à 20% des voix réelles… Un véritable hold-up électoral légal. Comment peut-on se satisfaire de cela ???

Il faudrait un système proportionnel, pour avoir une assemblée représentative des tendances réelles. Puis une obligation pour les partis de s’allier sur un programme, ce qui assurerait un équilibrage entre les tendances majoritaires. Avec un contrôle citoyen. Bref, il faudrait une 6ème République !

En attendant, croisons les doigts pour dimanche…

Repost 0
Published by Dany - dans politique
commenter cet article
7 février 2017 2 07 /02 /février /2017 21:07

Je viens de terminer "On chantait rouge" de Charles Tillon.

J'ai adoré ce livre. Il a bien rempli mes insomnies...

Il s'agit d'une autobiographie de Charles Tillon (je ne vous la fais pas, elle est là notamment: https://fr.wikipedia.org/wiki/Charles_Tillon). Au delà du récit de sa vie, de ses luttes, j'ai vraiment apprécié son Humilité devant l'Histoire, avec un grand H à chaque mot, alors qu'il a été un acteur essentiel de nombreux évènements du 20ème siècle pour la France. Luttes des sardinières du Finistère sud, organisations de nombreuses autres victoires syndicales dans l'entre deux guerres avec la CGTU, député communiste et maire d'Aubervilliers, soutien aux républicains espagnols, résistance avec l'organisation des FTP et du CMN, co-direction du PC clandestin pendant l'occupation, participation au gouvernement provisoire puis aux premiers gouvernements de la 4ème République, avec la réorganisation des productions d'armement et de transport.

Cette humilité, qui transpire dans chaque page, est assez bluffante. Il décrit ses actes comme s'il était parfaitement normal d'avoir un tel engagement. Comme si rien de ce qu'il avait fait n'était héroïque. Par exemple, quand il décrit sa tentative d'intervention dans la nasse d'Alicante cernée par les franquistes, pour essayer de sauver d'une mort certaine 20000 républicains espagnols, c'est incroyable de simplicité et d'évidence: il lui fallait agir ainsi, naturellement, pour eux, pour nous, pour lui. Pour sa dignité d'homme. C'était son devoir de député français.

Ou alors quand il décrit son action d'organisation des FTP. C'est comme s'il n'y avait pas vraiment eu de danger vital pour lui ou ses proches. Bien sûr, il parle des précautions prises, et des amis qui ont été déportés ou fusillés. Mais on a l'impression qu'il n'y avait rien d'autre à faire que de résister, d'organiser, de lutter.

Et puis, ce qui est impressionnant, c'est aussi son humilité et son honnêteté intellectuelle devant les crimes soviétiques de Staline, et devant les errements des dirigeants communistes français. Il décrit très bien ses doutes (rappelons qu'avant que Krouchtchev ne balance tout, personne ne savait vraiment. Et même après, les faits étaient niés par beaucoup...), mais aussi le fait qu'il a continué à soutenir une organisation dont des dirigeants étaient défaillants jusqu'à assez tard. Il ne fait pas semblant d'avoir tout vu tout de suite, ni d'avoir été meilleur que d'autres. Il indique très clairement qu'il a lui aussi souvent préféré se taire "dans l'intérêt supérieur de la classe ouvrière", pour "l'avènement du bolchevisme" ou pour "le socialisme réel". Même après son procès interne en 1952, il reste silencieux et ne dénonce pas publiquement ce qu'il sait et ce qu'il a compris. Il reste fidèle au parti communiste, même en restant dans l'ombre. Il faudra attendre les années 70 pour qu'il sorte de son silence et qu'il se libère de ce poids insupportable.

Dans tout son récit, et surtout à partir de 1938, on perçoit parfaitement ses difficultés à être fidèle à ses convictions personnelles et en même temps fidèle à une organisation défaillante. Le communisme et le socialisme sont ses convictions personnelles, mais il voit bien que le parti qui porte ce nom ne colle pas bien à ses convictions. Le voilà donc tiraillé, en permanence, essayant de voir clair et d'agir le plus fidèlement possible à chaque instant. Il suit un cap, un guide imaginaire, qui l'aide à tout instant. Il ne le dit pas, mais on le sent à chaque paragraphe. Ceci a fait écho à mes quelques expériences personnelles, qui n'ont évidemment aucune commune mesure avec les siennes. Régulièrement, je ne sais pas quel chemin prendre. Pour de grandes décisions comme pour des petites. Il "suffit" de suivre le cap, le guide: il s'agit de ses valeurs et de ses convictions. Il faut agir en cohérence, au mieux, pour rester fidèle à soi-même. Le reste ne compte pas.

Charles Tillon est un type comme on n'en fait plus. Il n'a pas cherché les honneurs ni les premières places. Mais il a agit mieux que ceux qui ont eu ces honneurs et ces premières places.

Le prochain bouquin risque de paraitre bien fade...

PS: merci à la communauté Emmaus de Rennes qui a permis à ma petite femme (que je remercie beaucoup aussi!) de me trouver ce trésor.

Repost 0
Published by Dany - dans politique
commenter cet article
23 janvier 2017 1 23 /01 /janvier /2017 22:26

Hamon est en tête de la primaire de « gauche », et même si ce n’est pas tout à fait une surprise, je considère que c’est un évènement important.

C’est la première fois qu’on peut voter pour le revenu de base. On en dit beaucoup de choses, on peut pervertir l’idée dans les détails de la mise en œuvre, ou en fonction du montant. On peut préférer une franche réduction du temps de travail. On peut discuter sans fin du financement. Au fait, épargnez moi les mêmes trucs qu’au 20è siècle svp : « la sécurité sociale, c’est pas possible, ça va coûter trop cher », « le salaire minimum c’est pas possible, ça va coûter trop cher », « les congés payés c’est pas possible, ça va … », « les deux jours de repos par semaine, c’est pas poss… », bon j’arrête là, vous m’avez compris. Si on ne sort pas du carcan imposé par les libéraux qui veulent nous maintenir au boulot toute notre vie, on ne va pas s’en sortir. Donc, avec Hamon, au moins, on peut faire avancer le débat, et rompre à toute force avec le modèle productiviste croissanciste qui nous mène dans le mur.

C’est aussi une des rares fois où un candidat dit : « je ne sais pas tout, je me ferai aider », et puis aussi : « je n’ai pas tout figé, j’ajusterai en fonction de l’expérimentation du début, et en fonction des débats ». Intéressant quand même, non ? C’est à ça qu’on juge un manager correct dans une entreprise ou dans toute organisation. Pourquoi on attendrait d’un président qu’il ait tout décidé sur tout avant l’élection ?

Et puis, très franchement, mettre une bonne baffe électorale à Valls, qu’est-ce que ça m’a fait plaisir hier ! Alors dimanche prochain, je remets ça !

Lundi prochain, je réfléchirai à l’union compliquée Mélenchon-Hamon-Jadot, mais là pour l’instant je savoure !!

Repost 0
Published by Dany - dans politique
commenter cet article
29 juin 2016 3 29 /06 /juin /2016 05:21

Deux votes étranges, coup sur coup.

D’abord, jeudi, le vote britannique, pour sortir ou rester dans l’Union Européenne. Ce vote est étrange, non pas tant sur le fond - car je n’ai pas à avoir d’opinion à la place des britanniques -, mais plutôt dans ses motivations. Si j’ai bien compris, la campagne a tourné autour de deux arguments : 1- l’immigration et 2- l’économie.

Sauf que… 1- le Royaume Uni n’applique pas les règles de libre circulation des personnes de l’espace Schengen. Donc le fait d’être ou pas dans l’Union Européenne ne change absolument rien à l’immigration. L’argument est juste hors sujet… C’est surréaliste que ce thème ait pris autant d’importance dans cette campagne. Il aurait pu être pertinent dans une élection législative interne, mais pas là.

Et 2- Si on fait la balance de ce que paie le Royaume Uni pour l’Union Européenne et de ce qu’il reçoit, et qu’on y ajoute les entreprises et emplois installés dans ce pays pour bénéficier à la fois de la situation fiscale avantageuse et du marché commun européen, cette balance est largement bénéficiaire pour le Royaume Uni. Cet avis est quasi-unanime, et les partisans du Brexit l’ont même avoué (après le vote, il est vrai…)

Et donc… pourquoi un tel vote alors que les arguments sont faux et archi-faux ? J’ai du mal à comprendre… est-ce une hystérie collective, un peu comme une soirée alcoolisée pendant laquelle on dirait des bêtises qu’on regrette le lendemain ? Au vu des réactions de certains électeurs cette semaine, cela ressemble à ça. Il y en a même 4 millions qui réclament un nouveau vote ! On croit rêver ! C’est dingue de voir que des électeurs auraient voté sans être très sérieux, au vu de l’impact du sujet. C’est navrant de voir autant d’irresponsabilité. Et maintenant, on s’aperçoit qu’il n’y a même pas de majorité politique pour gouverner et appliquer cette décision souveraine du peuple… du grand n’importe quoi !

Du coup, j’ai envie de dire, un peu cyniquement… bien fait pour vous les gars ! Si vous votez avec vos pieds sous l’emprise d’un alcool démagogique hors-sujet, et bien prenez le large, réfléchissez quelques années, et puis on verra ensuite ! Kenavo les bouseux !

Ensuite, dimanche, le vote de la Loire Atlantique sur l’aéroport à Notre-Dame-des-Landes. Là encore, le peuple a parlé, il n’y a plus qu’à appliquer la décision du peuple ! Cela me fait mal, moi qui suis un opposant à ce projet. Mais voilà, c’est ça la démocratie. En fait je conteste le périmètre de ce vote, taillé pour avoir le « bon » résultat. N’empêche que ce scrutin révèle deux choses significatives.

1- Chacun vote pour soi-même. Globalement, ceux qui subissent les nuisances de l’aéroport actuel votent pour le transfert. Ceux qui subiront les nuisances du futur aéroport votent contre. Ceux qui perdent les emplois et les accès à l’ancien aéroport votent contre. Ceux qui pourraient profiter des emplois ou de l’accès au nouvel aéroport sans subir les nuisances votent pour. Le vote ne semble pas refléter une pensée pour l’intérêt général. C’est triste de voir ça…

2- L’économie prime, et tant pis pour l’environnement. Globalement la majorité raisonne avec des arguments économiques, et s’assoit sur l’environnement. L’environnement au sens planétaire, avec le réchauffement climatique, devrait être une préoccupation majeure. La COP21 semblait avoir aidé à une prise de conscience (peut-être seulement dans les médias !) Ce réchauffement climatique devrait nous inciter à réduire (tout au moins à ne pas développer) le transport aérien consommateur de kérosène. Le vote pour ce nouvel aéroport est clairement un vote pour le développement du transport aérien. On savait que le gouvernement agissait sans aucune cohérence avec ses engagements affichés pour l’environnement. On sait maintenant que le peuple, lui non plus, n’en a rien à battre ! Sans parler du massacre de 1600 hectares d’une zone importante pour la régulation de CO2 et la biodiversité. Dont acte, on s’assoit sur la COP21, on s’assoit sur la réduction des gaz à effet de serre, et on fonce vers le réchauffement climatique.

Non seulement on va dans le mur, mais en plus on accélère ! Et surtout, chacun pour sa gueule !

Je suis pourtant démocrate : la souveraineté populaire doit être respectée. Je suis donc d’accord par principe avec le fait d’être moi-même minoritaire, comme en ce moment pour l’aéroport (avec la réserve du périmètre du vote, puisqu’en l’occurrence je n’ai pas eu le droit de voter…).

Ces deux votes de la semaine dernière sont terriblement révélateurs. Au vu des arguments, pour ces deux scrutins comme pour les précédentes élections françaises et européennes (voir mes articles précédents), je ne comprends pas ce qui se passe. Je peux comprendre un rejet des gouvernants et des élites, puisque la situation de la majorité se dégrade. Mais je ne comprends ni les arguments ni les résultats constatés.

Cette bêtise ambiante me dégoûte… je me sens tellement décalé…

J’ai mal à ma démocratie…

 

Repost 0
Published by Dany - dans politique
commenter cet article
1 mai 2016 7 01 /05 /mai /2016 15:54

En ce 1er mai, comme chaque année, je pense à ce que les travailleurs ont conquis, et je pense à ce qu'il reste à conquérir. Je devrais, si j'étais cohérent avec mes convictions, participer à la manifestation intersyndicale rennaise. Mais voilà, je n'y suis pas allé...

Je ne suis pas non plus allé à la manif d'hier pour le droit d'asile. Je suis pourtant largement contre les restrictions actuelles et les mensonges gouvernementaux et médiatiques. Je ne suis pas allé aux dernières manifs contre la loi El Khomry (les premières fois seulement). Je suis pourtant largement contre cette loi scélérate. Je ne suis pas allé à une seule NuitDebout. Pourtant je partage largement les envies de changer le monde et je partage largement de nombreuses idées que je peux lire dans les compte-rendus des NuitDebout parisiennes.

Pourquoi donc je ne me bouge pas plus que cela?

Ce n'est pas à cause de la distance entre Rennes et mon domicile, ni entre Rennes et mon travail. Ce n'est pas à cause de mon emploi du temps un peu chargé. Ce n'est pas à cause de la peur de mon patron. Ce n'est pas à cause de la peur des casseurs. Ce n'est pas à cause de la peur des flics. Bref, arrêtons ce mauvais suspense à la noix.

C'est parce que je n'y crois plus... je me sens désillusionné. Désabusé. Découragé. Pas encore résigné, tout de même, parce que je me range pas aux idées de droite. Mais enfin, en ce moment je n'ai plus la force de me battre...

Au début des manifs contre la loi El Khomry, puis au début des NuitDebout, j'y croyais encore. Et puis très rapidement j'ai vu que les nombres de manifestants étaient très très faibles... horriblement faibles. Et puis j'ai entendu toutes ces réflexions idiotes, ces amalgames, et même disons-le, toutes ces grosses conneries. "Les jeunes, ils n'ont pas encore travaillé, ils sont déjà contre le travail". "Le monde change, mais les jeunes ils s'accrochent aux 35h et au CDI". "Les jeunes ils ne veulent pas travailler, ils ne veulent que foutre la merde et casser du flic". J'en passe, tellement ça me saoule. Tous ces vieux cons ne cherchent pas à comprendre ce qui s'exprime. Ils n'entendent pas que des étudiants à bac+N n'ont pas envie d'une vie d'intérim au smic. Ils ne voient même pas que ce ne sont pas les mêmes qui manifestent et qui cassent. Ils amalgament les débatteurs de NuitDebout et les branleurs qui veulent en découdre avec les flics. Même si les médias ont une responsabilité dans l'amalgame et dans le manque d'explications, on peut pourtant facilement faire la part des choses dans un journal ou avec quelques recherches sur internet.

Quant aux réflexions de fond, par exemple sur la création monétaire, sur le revenu de base, sur les conditions de travail, alors là c'est le pompon! Des fois j'ai l'impression que l'immense majorité des Français est incapable de faire un effort intellectuel de plus de 5 minutes. Dès qu'on parle de ces sujets les réponses sont invariablement: "ça ne peut pas marcher, si c'était possible ça se saurait"; "on ne peut pas s'en sortir sans travailler"; "les jeunes ils ne veulent plus bosser"; "nous on en a bavé, alors pourquoi les jeunes ils n'en baveraient pas?". A force d'entendre ça, je n'ai qu'une envie: rester chez moi, ne plus voir personne, et surtout ne plus parler de ces sujets pour ne plus risquer d'entendre ces conneries.

Si on ajoute que la violence est instrumentalisée par les préfets aux ordres et par les médias benêts, pour que les Français puissent se positionner "contre les jeunes cons"; et si on observe que cette technique gouvernementale est la même pour toutes les révoltes et manifestations depuis 1968, et qu'elle a toujours très bien fonctionné -même avec 100 fois plus de manifestants-, alors je ne vois pas trop quel espoir on peut avoir dans ces mouvements...

Les dernières élections et les intentions de vote pour les prochaines me le confirment. C'est Chirac qui avait raison quand il disait: "la France est de droite, profondément de droite". Je crois que c'est ça qui me désespère vraiment, profondément...

Repost 0
Published by Dany - dans politique
commenter cet article
7 décembre 2015 1 07 /12 /décembre /2015 06:00

Le vrai résultat, c'est celui-là: http://elections.interieur.gouv.fr/regionales-2015/FE.html

Aucun parti ne dépasse 13,5% des électeurs inscrits. C'est à cause des abstentionnistes que l'on ne parle que du FN. Avec 6 millions de voix, le FN ne progresse qu'à peine en réalité.

Entre FN, PS, LR-UDI et leurs colistiers, le total est de 37,63% des inscrits. Un gros tiers. L'élection se joue avec seulement un gros tiers des électeurs...

Pourquoi l'abstention? Plus confiance? Pas assez de choix? Élection jouée d'avance? Il y avait pourtant bien des listes, avec des programmes variés. Chacun a son libre arbitre, et personne ne devrait être assez bête pour laisser les médias et les sondages décider.

Pourquoi les 50% d'abstentionnistes laissent-ils 38% des gens décider à leur place?

Il suffirait qu'un abstentionniste sur deux se déplace pour renverser la table et éviter que les débiles profonds ne massacrent notre pays.

13,42% (FN) + 50,02% (abstention) = 63,44%. Presque deux tiers de cons. Je peux conclure que mathématiquement, on est dans un pays de cons. De gros cons. De sales cons. De pauv'cons.

Pas fier d'être Français ce matin.

Repost 0
Published by Dany - dans politique
commenter cet article
24 mars 2015 2 24 /03 /mars /2015 14:27

Désolé pour mon franc parler, mais vraiment j'en ai ras-le-bol de ces journalistes qui ne font pas leur boulot correctement...


Donc, décryptage:


1- le FN ne s'est ni ramassé, ni amélioré. Il est à peu près constant.

Non non, je n'ai pas bu! Je regarde juste les chiffres: Présidentielle 2012: 6,4 millions de voix. Européennes 2014: 4,7 millions de voix (tout le monde disait que le FN avait monté énormément, mais c'était faux en nombre de voix. Le pourcentage avait monté à cause de l'abstention massive). Et aux départementales de dimanche dernier: 5,1 millions de voix. La stabilité, donc. Seul le niveau de l'abstention fait bouger le pourcentage du FN.


2- le PS s'est bel est bien ramassé. Il n'a pas réussi à sauver les meubles, comme les journalises le disent.

Car en fait, les 21% annoncés ne sont pas ceux du PS. Le PS seul n'a fait que 13,3%. L'alliance du PS avec d'autres (dénomination Union de la Gauche (UG)) a fait 8,17% de plus, pour faire les 21% annoncés. Mais ces 8,17% ne peuvent être attribués que pour moitié au PS. Le score réel du PS est donc de 17,4%. Une belle claque!


3- le reste de la gauche dépasse le PS! Ces autres partis de gauche ont été annoncés comme dérisoires (4,7% au Front de Gauche, 2% à EELV), alors que premièrement il manque des comptages (j'explique plus loin), et deuxièmement comme ils n'avaient pas de candidats partout, on ne peut pas mesurer leur audience de manière nationale!

Donc, explication du premièrement: il manque des comptages! Les étiquettes Divers Gauche regroupent des candidats de gauche de différentes étiquettes hors PS. En majorité ce sont des alliances Front de Gauche et EELV. Donc leur score devrait être réparti entre Front de Gauche et EELV. Cela représente 6,8%, pas négligeable! De plus il y avait des candidatures PCF (1,3%). Et il ne faut pas oublier la moitié des scores de l'étiquette Union de la Gauche (UG). Au total, les forces de gauche hors PS représentent 14,82% sans compter la moitié des scores UG, soit déjà plus que le PS! En répartissant ces voix UG, on obtient PS: 17,39%, reste de la gauche: 18,91%; CQFD, la gauche de la gauche bat le PS! Mais comme elle est éparpillée et sans leader, elle est inaudible pour un journaliste normalement constitué, c'est-à-dire qui ne voit pas plus loin que le bout de son nez.

Explication du deuxièmement: beaucoup de cantons n'avaient comme candidats que 3 binomes: 1 d'union de la droite, 1 du PS ou d'union PS et autre, 1 du FN. Donc dans ces cantons on ne peut pas mesurer les intentions de vote pour l'autre gauche. Donc diviser les scores Front de Gauche et EELV par le nombre national d'électeur n'a pas de sens! Il vaudrait mieux aggréger les scores des cantons où il y avait ces candidats, sans les autres, pour observer les pourcentages... mais cela demande un vrai travail de recherche, qui prend un peu plus que 3 minutes pour rédiger un torch'biiiiiip

 

Donc, mon analyse, c'est que:

- L'abstention a encore gagné l'élection. Signe que la moitié des Français ne croit plus en nos "élites" politiques, qui de toute façon mènent à peu près la même politique économique et sociale de droite.

- Le FN est stable et ne menace pas plus qu'hier notre démocratie très imparfaite.

- le PS n'en finit pas de s'enfoncer, à cause de sa trahison constante depuis l'élection présidentielle de 2012.

- la gauche alternative a un potentiel important, mais elle n'en est même pas consciente, tellement elle est divisée et menée par des carriéristes éparpillés...

 

Et enfin, constat très local: à Piré le résultat est éloquent. Mes amis politiques sont vraiment peu nombreux... Quand je croise quelqu'un, je n'ai qu'une chance sur 30 de tomber sur quelqu'un qui partage à peu près mes idées... encore une bonne raison de rester dans ma campagne... euh...

 

Repost 0
Published by Dany - dans politique
commenter cet article
10 novembre 2014 1 10 /11 /novembre /2014 06:08

Je viens de terminer la série documentaire d'Arte sur le capitalisme http://info.arte.tv/fr/clone-capitalisme-clone
L'histoire du capitalisme n'est pas glorieuse du tout... entre esclavage, rapport de force, et dettes pour justifier l'asservissement, on est loin de "l'auto-régulation entre acteurs égaux par une concurrence libre et non faussée" !!!
Quand est-ce qu'on fait un pas de côté? Quand est-ce qu'on écoute ceux qui nous proposent quelques régulations? Je ne parle même pas de révolution, juste de régulation...
Quand je vois comment on ostracise ceux qui ne veulent pas des grands projets inutiles (barrage de Sivens, aéroport NDDL, ferme des 1000 vaches, etc.), ça me sidère. Ces gens expriment juste leur souhait de placer autre chose que l'économie en tête des priorités. Comme l'expression de cette idée n'est jamais prise en compte (les enquêtes publiques sont de simples enregistrements des projets et de quelques maigres compensations pas à la hauteur), ces personnes se retrouvent en opposition physique sur les sites, et pour tout dialogue on leur oppose une rangée de "forces de l'ordre" surarmées. Mais de quel ordre parle-t-on? L'ordre économique et financier, toujours et encore...

Quand je vois, aussi, comment les médias se moquent de tous ceux qui osent évoquer l'idée de décroissance économique, ça me dégoute. La plupart des médias tournent l'idée en dérision, en confondant décroissance financière et limitations du développement des pays pauvres. S'ils avaient lu ne serait-ce qu'une demi-page sur la décroissance, ils comprendraient simplement qu'on pourrait, ici, se freiner un peu sur les smartphones et sur l'orgie de bouffe immonde, pour laisser d'autres personnes manger à leur faim. Mais ceci ne tient pas en 140 signes...

Du coup tout le monde en reste à cette idée simple, et même simpliste: "pour tout résoudre, y'a qu'à faire croitre la masse de pognon". Simple, limpide, facile. Yakafokon. Tant pis pour les gens qui souffrent, tant pis pour la planète, tant pis pour nos enfants (on ne parle plus des générations à venir, mais de celle qui est déjà là, vu l'état de la planète). Sauf que... ça ne marche pas! Un seul exemple en 140 signes: la planète produit la ration alimentaire pour 12 milliards. Nous ne sommes que 7, pourtant 850 millions ont faim.

Le capitalisme, et la recherche de croissance économique à tout prix, ce sont des idées simplistes, très confortables intellectuellement. Tandis qu'y réfléchir, chercher pourquoi ça ne marche pas, et comment on pourrait faire autrement, c'est un peu plus compliqué. Le drame de notre temps, c'est que trop de gens refusent d'utiliser leur cerveau plus de 3 secondes (à peu près le temps de lire un tweet, quoi).

Combien de crises attendra-t-on avant d'y réfléchir? Combien de morts de faim, de suicidés, de malades du travail, de malades de la pollution, etc etc... ?

 

Bon, il est 6h30, l'heure de se mettre en route pour une journée de travail... c'est que j'ai une dette à rembourser...

 

Repost 0
Published by Dany - dans politique
commenter cet article
28 mai 2014 3 28 /05 /mai /2014 05:09

Depuis dimanche soir, on n'entend que ça: "le FN est au plus haut", "le FN monte", "la France bascule dans l'europhobie" et blablabla et blablabla... mais en réalité, pas du tout !

A cette élection européenne du 25 mai 2014, les listes FN ont rassemblé 4 711 339 voix. Alors qu'à l'élection présidentielle du 22 avril 2012, Marine Le Pen avait rassemblé 6 421 426 voix. Donc, on pourrait même dire qu'il y a une baisse ! Une chute de plus de 26% de son électorat !

Evidemment, je ne nie pas l'évidence. Le FN a gagné, il est en tête largement. Mais il ne faut pas dire pour autant que la France bascule dans l'extrémisme ou la xénophobie ou je ne sais quoi. Parce que si le FN a gagné, avec moins de voix, c'est bien à cause de la chute des autres partis et à l'abstention. Les électeurs du FN s'abstiennent moins que les autres... Les vrais enjeux sont ceux-là: pourquoi les citoyens se sont autant abstenus? Pourquoi n'ont-ils confiance ni en la droite ni en la gauche (les partis dits "de gouvernement") pour relever les défis auxquels nous sommes confrontés?

Je me refuse à blamer les abstentionnistes, parce que la réponse est peut-être celle-là: pendant 10 ans les Français ont choisi la droite, ça n'a pas marché. Ensuite ils essaient à gauche (ils pensaient cela du moins). Et c'est une politique de droite qui est appliquée... On leur dit même que de toute façon il n'y a pas autre chose à faire. Comme ils ne font pas confiance à l'extrême droite ni à l'extrême gauche (ni à la gauche de la gauche qu'ils assimilent à l'extrême gauche), alors ils s'abstiennent... logique, non ?

En fait, dans ce cas, c'est plutôt sage de s'abstenir. Imaginons que tous les déçus de la droitisation de la gauche aient voté FN... Alors là, le nombre de voix du FN dépasserait les 10 millions, peut-être même les 15 millions! Et on pourrait dire que le FN monte très fort. Il n'en est rien.

Les Français ne souhaitent pas voir le FN au pouvoir, mais ils ne savent plus vers qui se tourner. C'est de la faute de Hollande et du gouvernement depuis 2012, qui ont fait perdre son âme à la gauche. C'est aussi de la faute de la gauche de la gauche, qui n'a pas su s'unir pour proposer une alternative crédible, sans vociférer à tout va. C'est aussi de la faute de beaucoup de médias qui nous rabachent qu'il n'y en a pas, d'alternative, et qui dénigrent les autres idées.

 

Avec tout ça, j'en oublie l'essentiel, je fais comme les médias nationaux (la honte!). Puisque l'élection était européenne, alors pourquoi s'attarder autant sur le score de la France seule, c'est à dire de 10% du Parlement européen ? Le résultat du scrutin, c'est que les groupes PPE + ECR + ADLE (équivalents de UMP + UDI + Modem + divers droite) ont 43% des députés. L'extrême droite (assez hétéroclite, pas du tout unie) a entre 15 et 17,5% des députés. Le groupe S&D (équivalent du PS + MRG), qui applique une politique de droite et qui vote souvent avec le PPE, l'ECR, l'ADLE, pèse 25%.

Et la gauche qui avait des choses crédibles à proposer pour nous sortir de l'ornière, c'est à dire les groupes Verts/ALE et GUE/NGL, totalise 12,5% des députés. Donc c'est mort...c'est clair, net, précis.

Le Parlement Européen est à droite, mais pas tant que ça à l'extrême droite. C'est bien la droite "traditionnelle" qui a gagné l'élection européenne, pas du tout l'extrême droite.

 

Donc maintenant, on fait quoi?

...

 

on pleure de voir l'extrême droite qui monte sans monter?

 

...

ou on s'intéresse aux alternatives crédibles qui feraient revenir aux urnes les déçus de la droite et la gauche droitière?

 

Car les abstentionnistes, dans toute l'Europe, sont 57% des électeurs... une sacrée majorité à conquérir...


Repost 0
Published by Dany - dans politique
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Dany
  • : Mes états d'âme, mes réactions par rapport à l'actualité, etc.
  • Contact

Recherche