Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 juin 2016 3 01 /06 /juin /2016 21:16

Nous sommes le 1er juin. J’ai donc terminé la période d’essai, me voilà désormais vraiment en CDI à l’EME !

C’est parti !

C’est vraiment parti pour une nouvelle expérience professionnelle. Pour le moment, je suis très content de ce poste. Je n’imaginais pas que cela me plairait autant, et ça fait du bien d’avoir cette bonne surprise ! Des tâches variées, des collègues sympas et passionnés, des étudiants rajeunissants et enrichissants, des projets super intéressants autour de méthodes pédagogiques innovantes. Et puis un regard sur l’ensemble des enseignements de l’école, avec lesquels je me familiarise progressivement. Tout cela est passionnant, et me permet aisément de passer au-dessus de quelques légers désagréments (les caractères et susceptibilités de certains !!). En fait, je me surprends à gérer tout cela sans stress, sans inquiétude, sans aucune aigreur. Quel changement par rapport à ma vie professionnelle passée ! Un grand tableau au mur pour gérer mes priorités, du recul et du tact à chaque instant pour gérer les susceptibilités et les personnalités de chacun, qui me font plus sourire que râler. Et voilà tout avance plutôt bien ! Je ne pensais pas que je saurais faire ce genre de boulot, avec une douzaine de projets à faire avancer en parallèle… comme quoi, on ne se connait jamais vraiment. Il faut parfois sortir de sa zone de confort pour en trouver une autre.

Et donc, c’est parti…

Et donc, pour Coxinergie, c’est parti ! J’appuie sur le bouton ce soir… C’est la fin d’une aventure très enrichissante aussi (enfin, pour le mental, mais pas pour le porte-monnaie !!! :-)) Je n’ai pas de regret, mais un petit pincement au cœur quand même… j’y croyais… mais voilà, entre le marché compliqué des particuliers, la concurrence vive sur le marché des collectivités, la volonté de l’Ademe et des collectivités de tirer la qualité vers le bas, et mon manque d’ardeur commerciale, en plus de ma trop grande intégrité et de ma fidélité à mes convictions, et bien Coxinergie ne pouvait pas être viable. J’avais bien travaillé l’aspect environnemental (pour les clients, et pour moi) ; j’avais bien travaillé l’aspect social (pour les clients, et pour moi) ; j’avais bien travaillé l’aspect économique pour les clients, mais je ne savais pas comment tournerait cet aspect économique pour moi... Or, pour qu’un développement soit durable, il faut l’environnemental, le social, et l’économique. Pour les clients, comme pour moi. S’il en manque un, cela ne peut pas être durable… Donc après avoir créé une société, embauché puis débauché un salarié, je vais maintenant expérimenter la dissolution de société… heureusement, je suis dans une situation agréable pour le faire, ce sera moins difficile.

C’est parti !

Repost 0
Published by Dany - dans travail
commenter cet article
27 février 2016 6 27 /02 /février /2016 04:33

A 3 jours d'un nouvel emploi, pour l'année de mes 40 ans, je me suis "amusé" à recenser mes expériences professionnelles dans un tableau. En colonnes, j'ai mis les employeurs, puis les entreprises (différentes parfois de l'employeur: à cause des sociétés de service ou entreprises d'intérim), puis les missions ou postes (ou projets: il parait que tout fonctionne en mode projets maintenant... bref!), et enfin le métier exercé.

En commençant ce tableau j'avais en tête 4 ou 5 lignes... mais en cherchant bien j'ai complété avec les petits boulots que j'avais oubliés, les missions pourries que j'avais retiré du CV, les stages parce-que-c'est-un-travail, et puis j'ai dû ajouter des lignes quand l'entreprise a changé juridiquement alors que je ne bougeais pas de mon bureau, etc. Et puis j'ai mis aussi mon petit boulot de cours particuliers pendant mes études (c'était au black, mais c'est du boulot quand même! Il y a prescription, je peux l'écrire maintenant... ça payait les bières et aussi le gazole de la Tipo, alors c'était bon pour la croissance, donc Macron approuve j'en suis sûr!).

Donc, en incluant mon nouveau job de-dans-3-jours, voici le bilan chiffré:

  • 20 ans de vie professionnelle
  • 14 employeurs différents
  • 18 entreprises ou structures dans lesquelles j'ai été "subordonné"
  • 20 missions/postes/projets ou appelez-ça-comme-vous-voulez
  • en exerçant 8 métiers différents (je n'ai pas compté la diversité des métiers exercés quand on gère une micro-entreprise)
  • la plus longue période en apparence a été "Thomson". 7 ans de présence, sur presque la même mission. Mais pendant cette période j'ai eu 5 employeurs différents sans changer de bureau! Il y a aussi eu dans cette période la mission "syndicale" très mouvementée...
  • la période la plus réellement stable (même employeur, même entreprise, même mission) a été la période "General Electric": 2 ans et 6 mois. Ou alors ma petite entreprise Coxinergie: 3 ans et 7 mois, mais vu les soucis que ça a généré et les jobs que j'ai dû faire en parallèle, on ne peut pas vraiment parler de stabilité...

Suis-je instable? Inadapté au travail? Bon, c'est sûr que j'ai un caractère "entier", mais j'ai l'impression que j'arrive à bosser quand même... Et puis j'ai quand même le sentiment que les moins de 40-45 ans ont presque tous des parcours plutôt chahutés ou "non-linéaires" (ça fait plus joli que "bordélique" ou "port'nawak"!). Et c'est bien plus chaotique que moi pour les 20 à 30 ans, voire 35 ans, qui galèrent à trouver du taf. Faites le compte les amis, si ça ne vous fait pas peur! Je suis sûr que plusieurs d'entre vous me battent! ;-)

Tout à l'heure aux infos ou dans la chronique éco de votre radio préférée, vous entendrez à coup sûr parler de "flexibilité", d' "adaptabilité", et du mot à la mode: la "flexisécurité". Haaaa! Celui-là je l'adore! Mais qui sont ces chroniqueurs pseudo-journalistes qui relayent les discours du Medef sans connaitre nos vies? Je crois qu'en matière d'adaptabilité au changement on n'a rien à prouver. La flexibilité est là et bien là il me semble. Mais la sécurité elle est où?

Et dire que, en durée comme en âge requis pour avoir droit à une retraite, je n'en suis même pas à la moitié de ma vie professionnelle...

Allez, haut les cœurs! Cette fois-ci, je vais peut-être battre mon record de stabilité?

Repost 0
Published by Dany - dans travail
commenter cet article
18 février 2016 4 18 /02 /février /2016 22:14

12 heures de taf par jour, 60 heures par semaine, fin des 11 heures de repos entre deux journées consécutives, modulation des salaires (ça veut dire baisse!), licenciements automatiques en cas de refus de ces "souplesses", temps d'habillage et de pause décomptés du temps de travail, licenciements faciles, indemnités plafonnés en cas de licenciement abusif (c'est à dire autorisation de licencier sans motif!).
Le medef et la droite n'en rêvaient même pas. Valls va le faire. En force, sans respecter le semblant de démocratie que constitue la représentation parlementaire.
Pour mémoire, avec son programme de droite, ce type avait eu 5% aux primaires de la gauche en 2011, il s'était ramassé et les 95 autres % du PS se foutaient de sa tronche. Maintenant c'est lui qui gouverne.
Il nous impose l'état d'urgence, les perquisitions à toute heure, l'interdiction de manifester, plus le contrôle de toutes nos communications, et tout ça sans qu'un juge ne donne son avis. Maintenant il veut ramener le code du travail bien loin en arrière (au moins 1 siècle pour les 48 heures hebdomadaires).
On le laisse faire ou on descend dans la rue?

Repost 0
Published by Dany - dans travail
commenter cet article
17 janvier 2016 7 17 /01 /janvier /2016 16:30

Le 1er mars, je démarrerai un nouveau job. Je serai chargé de missions auprès de la direction de l’EME (école des métiers de l’environnement), à Bruz sur le campus de Ker Lann. Je m’occuperai de différents projets structurants pour l’école.

Je redeviens salarié, en CDI, mais cette fois dans un domaine qui me plait, avec des valeurs parfaitement conformes aux miennes, et des collègues qui pensent comme moi sur plein de sujets !

Le boulot n’est pas du tout ce que j’imaginais, ni au moment de ma reconversion, ni pendant mes réflexions et mes recherches de ces dernières semaines. Ce n’est pas de l’enseignement. Je vais piloter des projets variés pour l’école. Je n’imaginais pas faire cela, mais en y réfléchissant bien, je fais cela depuis toujours ! C’était des projets informatiques pendant longtemps, puis une création d’entreprise avec tous les « sous-projets » que cela implique, ainsi que le pilotage de chaque affaire décrochée par Coxinergie, dont notamment ma grosse affaire de 2014. Donc finalement, ce n’est pas si nouveau ! Il fallait « juste » une opportunité, et la voilà !

Une nouvelle vie va commencer, elle est enthousiasmante, conforme à mes valeurs et à mes convictions citoyennes, et, last but not least, elle est plutôt rassurante… un salaire chaque mois, ça va faire du bien ! Pour tourner la page de 2015, c'est pas mal comme début 2016!

En route pour une nouvelle vie professionnelle !

Repost 0
Published by Dany - dans travail
commenter cet article
28 août 2015 5 28 /08 /août /2015 16:30

Après un mois de juillet de réflexion, j’ai entamé des recherches en août pour trouver un poste de formateur ou d'enseignant, dans les domaines scientifiques et techniques. Maths, physiques, techno au sens large, etc.

Forcément, au mois d’août, c’était « un peu beaucoup trop calme » au niveau des offres d’emploi…

Et cette semaine, c’est le déblocage ! En 3 jours, une annonce, un entretien, un poste ! Me voilà prof de maths pour 3 classes du lycée Molière de Laval. C’est un lycée privé hors contrat, qui scolarise des élèves qui ne trouvent pas leur compte dans le système classique.

J’aurai donc des classes de 1 à 3 élèves ! Incroyable mais vrai ! Les élèves ont des particularités (autisme, précocité, sportifs de haut niveau avec volume de cours restreint, …), donc ce ne sera pas simple. Il y a du travail pour préparer les cours et les adapter à chaque élève, et ce n’est pas pour rien que le lycée est « hors contrat ». Il faut un enseignement adapté et personnalisé.

Je suis très heureux d’avoir ce poste, car cela me permet d’ajouter un volet « social » à mes activités professionnelles, à côté du volet « environnemental » de Coxinergie. Le terme « social » s'entend au sens large, surtout pas dans un sens négatif ni péjoratif, car je ne considère pas les particularités de mes futurs élèves comme des problèmes sociaux. Cela parait évident mais je préfère le (re)dire... Je considère juste que chacun doit être aidé selon ses besoins pour avoir les mêmes chances que les autres. Si certains ont des besoins particuliers, alors mettons des moyens particuliers ! On peut aussi regretter que le système scolaire public soit en panne pour ces particularités... Mais du coup, je suis heureux de pouvoir contribuer modestement à pallier ce manque. Cette nouvelle activité correspond parfaitement à mes valeurs, et pour l’instant je ne suis pas obligé de les mettre de côté pour gagner ma vie !

Le volume horaire est de 8,5h de cours par semaine, calé sur le calendrier scolaire. En ajoutant le temps de préparation, cela fait environ deux jours de travail par semaine. Cela ne fait pas une rémunération suffisante, évidemment, mais c’est une base qui me permet de continuer l’activité de Coxinergie avec moins de stress. Il y en a quand même un peu, puisqu’il faut que la saison hivernale soit « bonne » pour avoir un revenu correct, mais cela devient raisonnablement envisageable.

Et surtout… que ça fait du bien de pouvoir travailler en accord avec ses valeurs et ses convictions !

Si on m'avait dit, il y a plus de 20 ans, quand j'étais au lycée, qu'un jour j'enseignerais les maths en première et terminale... et bien aujourd'hui je peux vous dire que ça fait tout drôle !

Bon, je vous laisse, il faut que je révise les suites et les fonctions ! Souvenirs souvenirs ! ;-)

Repost 0
Published by Dany - dans travail
commenter cet article
5 mai 2015 2 05 /05 /mai /2015 21:52

Ce matin, je suis allé à la poste.

Ça fait environ 10 ans que je fréquente ce bureau de poste. Au début il y avait deux guichets d'ouverts. Puis ils ont installé une machine automatique pour affranchir le courrier, acheter des timbres, etc. Maintenant cette machine peut même s'occuper des recommandés. Puis ils ont fermé un des deux guichets. Enfin, pas tout à fait « fermé ». Le guichet est toujours là, mais il n'y a plus personne derrière.

Donc ce matin, un seul guichet d'ouvert. Une queue de cinq personnes, et moi j'arrive en sixième position. La postière appelle quelqu'un derrière. Je me suis dit, un peu bêtement : « Cool, ils vont ouvrir le deuxième guichet ». N'importe quoi ! Le jeune homme qui arrive porte un badge « stagiaire », et vient demander à chacun quelle opération il souhaite effectuer. Lorsqu'il s'agit de courrier, ce stagiaire accompagne la personne à la machine, et fait les opérations sur cette machine !

Le temps que ce jeune homme s'occupe de mon recommandé, je me suis dit : « Est-ce que ce jeune homme se rend compte que quand ils aura appris à tout le monde comment utiliser la machine, il n'y aura plus de raison pour qu'il soit embauché ? Il est en train de créer les conditions de son propre chômage, c'est dommage quand même… ouvre les yeux camarade, rebelle-toi ! » (j'ai des restes syndicaux qui ressortent régulièrement comme ça ! ;-)). Une fois que le stagiaire a validé et pris mon recommandé, je lui dit qu'il me faut aussi des timbres ecopli (les gris, dont on ne voit jamais de publicité, mais ça je ne lui dit pas)… c'est dommage, parce que la machine ne propose pas ces timbres économiques ! Non non monsieur, je ne veux pas les tarifs verts, je veux les éco, les gris. Eh bin non, pas dispos à la machine qu'on me répète. Il ne faudrait pas que les gens aient facilement accès au tarif le plus économique (ça non plus je ne lui dit pas -j'aurais dû, en fait-, mais il doit voir dans mes yeux que j'y pense, parce qu'il a perdu son sourire jeune et naïf…). Je retourne donc faire la queue ! En deuxième position, ouf, merci la machine…

Et là je me dis, prolongeant ma réflexion de tout à l'heure : « Mais enfin, la machine est installée pour supprimer un emploi au guichet, sauf qu'il faut quelqu'un pour pousser les gens à aller à cette machine et les y aider ! Si ce stagiaire avait occupé le second guichet, il aurait été plus efficace. On pourrait débrancher la machine et ne plus payer pour sa maintenance. Même dans la logique brutale de réduction de coûts et de suppression d'emploi, cette histoire de machine assistée par un humain, c'est un comble ! Tout est râté… Y a-t-il quelqu'un à la poste qui s'est aperçu de cette bêtise ? ».

A mon tour au guichet. « Ah oui les timbres éco gris. Où sont-ils rangés déjà ces timbres ? Je n'en vends pas souvent ». Tu m'étonnes… Dans quelques temps un ponte dira « on va supprimer cette gamme de tarif, les gens n'en achètent pas »...grrrr

 

Le coup de la machine et de la personne pour utiliser la machine, ça me fait aussi penser aux caisses automatiques de supermarché. On installe ces caisses pour supprimer des emplois de caissiers, mais comme les gens sont moins bons que les caissiers pour s'en servir, la queue s'allonge et on met un caissier au milieu des machines pour aider les gens… Au moins dans ce cas, le responsable du supermarché est sur place pour s'apercevoir de la connerie, et au fil des rénovations de supermarchés, on commence à voir des suppressions de caisses automatiques…

 

Finalement, l'humain est un robot efficace...

 

Repost 0
Published by Dany - dans travail
commenter cet article
4 octobre 2014 6 04 /10 /octobre /2014 15:46

Je viens de perdre un appel d'offres. Rien de dramatique en soi. Des fois on gagne, des fois on perd. Mais le vainqueur a proposé un prix presque 3 fois inférieur au mien... cela m'interpelle, encore plus que pour les appels d'offres précédents, pour lesquels le rapport était plutôt de 1,2 à 1,5.

J'avais serré un peu le taux horaire, pour me placer à 35 € HT/heure. NB: il s'agit de la facturation de l'entreprise, pas de ma paye. Là dessus il faut payer les charges de l'entreprise: loyer, internet et téléphone, électricité, assurance, déplacements, comptabilité, matériels et logiciels informatique, matériel de diagnostic, etc. S'il reste quelque chose, éventuellement, j'ai une paye... et 35 € HT/heure, c'est moins que le garagiste du coin, c'est à peu près le prix des artisans du bâtiment. Je ne pense pas être très cher...

Donc, soit le vainqueur travaille plus de 3 fois plus vite que moi, soit il facture moins de 12 € HT/heure, soit... soit le boulot est bâclé ? Sans doute pas, puisque la prestation est contrôlée par l'Ademe. Si je vous dis qu'en plus l'entreprise est dans les Alpes pour une prestation dans une commune proche de Rennes...c'est une prestation sur les économies d'énergie, sans rire...

Donc... donc je ne comprends plus rien... la concurrence est rude à ce point qu'il faille travailler sans se payer? Mais à quoi bon? Comment l'entreprise vainqueur de cet appel d'offres pourra-t-elle survivre si c'est toujours comme ça?

Cette fois, je ne citerai pas la collectivité et ne donnerai aucun indice, pour éviter de recevoir comme l'autre fois un courrier recommandé me disant que je ne suis pas gentil...

Vive la concurrence qui fait baisser les prix, au bénéfice du contribuable... et au risque de faire couler aussi les vainqueurs des appels d'offres!!!

Repost 0
Published by Dany - dans travail
commenter cet article
17 janvier 2014 5 17 /01 /janvier /2014 18:51

Il y a 3 mois, je remportais un appel d’offre important pour ma petite entreprise, et donc pour mon salaire de 2014. C’était une excellente nouvelle.


Mais aujourd’hui, je viens de perdre un autre appel d’offre. Vous me direz : « bah, un de gagné, un de perdu, tu ne vas pas te plaindre, puisque ton salaire 2014 semble à peu près assuré ». Vous avez en partie raison. Sauf que… ce que je viens de perdre, ce n’est pas n’importe quel appel d’offre. Il s’agit de la réalisation d’audits énergétiques, subventionnés, pour tout un territoire. Autrement dit, seul le vainqueur pourra travailler sur le secteur pendant la durée du marché, puisque les autres seront beaucoup trop chers sans la subvention. Et il s’agit de mon propre territoire, la comcom du Pays de Châteaugiron, sur lequel je commençais à me faire une petite notoriété. Je ne pourrai plus travailler là pendant 2 ans, voire 4 si le marché est renouvelé. Accessoirement, c’est aussi le lieu où le profil et les revenus des particuliers étaient favorables.


Je ne comprends toujours pas pourquoi ce mode de fonctionnement (un prestataire unique) a été choisi. D’autres collectivités laissent les particuliers choisir leur bureau d’étude, lequel doit respecter un cahier des charges. Mais là, ils n’en veulent qu’un… j’ai peut-être une explication, mais je la trouve un peu légère : serait-ce par « confort » pour ceux qui s’occuperont du suivi de l’opération ? C’est simple de suivre un seul prestataire, beaucoup moins de contrôler les rapports de plusieurs, et de vérifier le respect du cahier des charges systématiquement. Encore moins simple s’il faut écarter un bureau d’étude qui ne respecte pas ce cahier des charges. Pour se faciliter la vie, on n’en garde qu’un, et tant pis pour les autres… Non, je dois me tromper d’explication… mais comme je ne l’ai pas eu, cette explication, je suis bien obligé de faire des suppositions…


Me voilà donc banni - de fait - de mon propre territoire… quelle ironie ! C’est la même collectivité qui m’a aidé à démarrer en 2012 et 2013, et qui m’expulse hors de ses frontières aujourd’hui ! Je viens de prendre possession de locaux, pour accueillir un stagiaire, je paye déjà et je vais payer un peu plus cher une contribution économique territoriale à cette collectivité, et j’en suis banni !!! Imaginez le truc : « Monsieur, vous devez payer votre impôt ici, et vous êtes expulsés sur le champ. L’année prochaine, vous paierez de nouveau cet impôt, et vous resterez à la frontière… » euh… je rêve là ?!? Non non, c’est bien ça !!! Le comble, c’est que c’est moi qui ai suggéré cette subvention pour les audits énergétiques, lors de l’élaboration de l’Agenda 21 du territoire... mais quel con ! Je m’imaginais naïvement que plusieurs pourraient travailler sur ce sujet, et que chacun pourrait gagner une partie de sa croute… J’ai encore perdu une occasion de me taire… Et en plus, je les ai aidé à définir le cahier des charges, à faire le tri parmi les prestations possibles… trop bon, trop con ! Dire qu’en plus (encore en plus en plus) j’ai déjà engagé un peu de publicité dans des magazines communaux du secteur… pour rien du tout ! Bon, j’arrête d’en jeter, je me déprime tout seul…


Allez, positivons, puisque pour 2014 je devrais m’en sortir. On verra en fin d’année si je dois déménager l’entreprise ailleurs, quelque part où j’ai le droit de travailler. Reste à espérer que les autres comcom dans le coin ne vont pas faire pareil qu’ici… (Parce que, je ne vous ai pas dit, mais le vainqueur massacre tellement les prix que je ne comprends pas comment il fait. L'avenir est à la prestation bas de gamme, et tant pis pour les clients. C'est le progrès... Si c’est pour faire comme ça, autant arrêter tout de suite !). Ou alors, j’engagerai une autre reconversion professionnelle … encore une…sauf que ce soup-ci, je n'aurai pas de financement... bref...


Quand j’étais salarié, j’avais la pression pour exécuter le boulot. On peut dire qu’il y avait carrément trop de boulot (jusqu’au plan social… le salariat c’est tout ou rien… bref !). Aujourd’hui, aucun soucis d’exécution… mais j’ai la pression pour en trouver, du boulot. A chaque étape son lot d’emmerdes ! A croire qu’on n’a pas le droit de vivre sans stress… quel monde bien foutu…

Repost 0
Published by Dany - dans travail
commenter cet article
12 décembre 2013 4 12 /12 /décembre /2013 10:14

Un article paru dans Ouest France mercredi 11 décembre.

(petite précision: ce n'est pas un salarié mais un stagiaire pour l'instant)

article-OF-11-decembre-2013.jpg

Repost 0
Published by Dany - dans travail
commenter cet article
23 novembre 2013 6 23 /11 /novembre /2013 15:15

Il y a encore 1 mois et quelques jours, je me demandais si ma petite entreprise aller fonctionner, et si je pourrais me verser un salaire en 2014. En septembre j'ai répondu à quelques appels d'offres de marchés publics, sans grands espoirs... et puis...

22 octobre: "1 nouveau mail": "J’ai le plaisir de vous informer que votre offre a été retenue parla Commission d’attribution". Youhou! Réalisation de prédiagnostics énergétiques d'entreprises, dans certains parcs d'activité. Le donneur d'ordre est Idéa35, l'agence de développement économique de l'Ille-et-Vilaine. Si les entreprises adhèrent au dispositif, j'ai un an de travail d'assuré, et donc un an de salaire. C'est plus que je ne pouvais en rêver!

Du coup... on enchaine:

25 novembre, Coxinergie emménage dans un local à Piré, en plein bourg.

2 décembre, le premier stagiaire de l'entreprise arrive! Et si le volume de travail se confirme, le stage se transformera en emploi...

En un mois, je passe de "agenda vide, bientôt plus de tunes" à "petit patron surbooké" ! Quel retournement, et quel plaisir de bosser! (Quand on fait ce qui nous plait et qu'on a du positif devant, c'est possible de bosser avec plaisir!).

Repost 0
Published by Dany - dans travail
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Dany
  • : Mes états d'âme, mes réactions par rapport à l'actualité, etc.
  • Contact

Recherche